Publicité
L'invité

Ko Ko Mo : « C’est l’avantage d’être deux, sur scène on se regarde et on réagit »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:

Ceux qui se poseraient encore la question, Kokomo n’est pas une ville de l’Indiana, mais un terme entre initiés de la rue, un mot de code entre mauvais garçons qui signifie la même chose que puravida pour les deux héros de Easy Rider. T’en as ? Ouais, et même de la bonne aujourd’hui, du Ko Ko Mo… Rencontre avec le groupe de Nantes qui monte, qui monte…

Vous confirmez l’adage, il n’y a que les mauvais qui répètent ?
K20 
: On a répété quatre fois au tout début, je ne connaissais pas les morceaux, Warren les avait écrit et il fallait que je me cale. C’est l’avantage d’être deux, sur scène on se regarde et on réagit.
Warren
 : L’idée c’est aussi de ne pas servir un show millimétré, de montrer que l’on peut jouer en s’inspirant du moment, sans prévoir ce qui va arriver. On veut que les gens sentent que le show est créé spécialement pour eux. On se connaît assez bien pour ne pas avoir besoin d’échanger.


Comment vous vous rencontrez ?
K20 
: Une histoire banale, je répétais avec un autre groupe Da Sweep. On était dans le même studio, et on s’est retrouvé tous les deux à jammer, on s’est tellement éclaté qu’on s’est dit qu’on ne pouvait pas en rester là. Kevin avait déjà monté Ko Ko Mo avec un autre batteur, mais comme humainement ça s’est super bien passé on a décidé de continuer tous les deux.


Quel est votre matos sur scène ?
Kevin
 : Guitare-basse batterie et depuis quelques temps sur certains morceaux, un ordi pour alléger les solos de Warren. On veut faire du soixante-dix mais ce n’est pas de l’électro non plus. 


Quand vous parlez de son seventies, vous pensez à qui ?
Kevin
 : J’écoute de la musique depuis mon enfance. J’avais 4-5 ans et je puisais dans les disques de mon père, ça allait de Led Zeppelin à Jimi Hendrix en passant par Rory Gallagher et les Beatles. Mais c’est plutôt l’idée d’une époque qu’un truc référentiel, parce que tous ces groupes sont quand même un peu intouchables. Je ne me vois pas les reprendre. 


Et toi K20 ?
K20
 : Je suis un peu plus vieux. Mon papa était musicien un peu rock blues, et j’ai été un peu bercé au Santana, Pink Floyd, autres Beatles et King Crimson. J’écoutais ça mais sans vraiment être fan, je préférais U2, Rickie Lee Jones ou Queen. Je suis aussi passé par du hip-hop, de l’électro, mais beaucoup écouté Björk, Radiohead, Portishead et Massive Attack. Et voilà qu’il s’avère qu’on se retrouve tous les deux à faire du rock alors que je n’en viens pas… J’ai l’impression qu’on ramène le côté bestial de Black Keys ou de Royal Blood à la chose. Je n’ai pas l’impression qu’on copie qui que ce soit.


Comment enregistrer un disque si vos chansons naissent de façon presque aléatoire ?
K20
 : Warren ramène ses textes et ses accords de guitares, ensemble, on bosse sur les arrangements.


Il y a quand même des morceaux figés ?
K20
 : Forcément.
Warren
 : L’idée pour l’album c’était de retranscrire l’énergie scénique, et malgré le cadre, ça reste en perpétuel mouvement.
K20
 : On a donc souvent gardé la première prise de guitare par exemple, c’était un bon moyen pour conserver cette spontanéité. Et puis surtout, pas question de surproduire l’album.


Vous l’avez enregistré où ?
Warren
 : Chez nous. Ensuite, on a envoyé les pistes à Liverpool par we transfer à Al Groves, il a sa patte. Il est ingé son, producteur, réalisateur. On l’a rencontré sur un projet à Nantes et on a craqué. Il est anti protocolaire de ouf et encore une fois on s’est bien entendu, il a accepté de nous aider. C’est un type qui marche à l’instinct, et c’est pas parce qu’il a eu un disque d’or avec Bring Me The Horizon qu’il va snober deux frenchy.


Al Groves dont la côte ne cesse de monter a eut cette phrase juste en parlant de Ko Ko Mo « Ils sont OK pour tester plein de trucs et prendre des risques, sans à priori. Une confiance mutuelle rare et pourtant si nécessaire… »


Propos recueillis par Christian Eudeline


Album "Technicolor life" dans les bacs vendredi 3 mars 2017


publié le 03-03-2017

L'invité
festival-art-rock-c-est-un-atout-d-avoir-la-mer-a-cote-

Du 18 au 20 mai, Saint-Brieuc accueille la 35e édition du festival Art Rock. Un moment fort dans la vie culturelle de la cité costarmoricaine. Le week-end de la Pentecôte sera une nouvelle...

L'invité
marc-cerrone-je-suis-le-premier-surpris-de-mon-parcours-

Ce jour-là, le coli pour New York ne contenait pas les invendus d’un certain Barry White, mais le fameux Love in C Miror de Cerrone. Simple erreur d’un renvoi de disques. Les trois cents copies...

L'invité
didier-van-cauwelaert-les-celtes-sont-en-accord-parfait-avec-la-nature-les-forces-telluriques-l-invisible-et-l-equilibre-de-la-terre-

Dans son nouveau roman, Didier van Cauwelaert fait appel à l’un des plus brillants esprits du XXème siècle, le physicien Albert Einstein. Une comédie romantique où la...

L'invité
arnold-turboust-charles-trenet-est-aussi-important-pour-moi-que-serge-gainsbourg-

Après avoir a connu la grande époque rennaise, jouant avec Marquis de Sade, fondant Private Joke à Nantes, il a été l’un des artisans du son des années 80, complice...

L'invité
nicolas-rey-dans-ma-tete-j-ai-toujours-17-ans-

Nicolas Rey est l’un des plus brillants auteurs de sa génération. Son talent n’a d’égal qu’une fragilité de verre en lutte contre de mauvais démons. Il...

L'invité
manon-ardisson-truffaut-godard-et-la-nouvelle-vague-continuent-d-influencer-la-maniere-dont-on-realise-les-films-aujourd-hui-

De Londres où elle est installée, Manon Ardisson dirige deux sociétés de production, Ardimages UK et Cat&Bear Pictures. Son deuxième long métrage, Seule la...

L'invité
jerome-soligny-les-beatles-ce-n-est-pas-un-groupe-c-est-une-revolution

Quelque 25 ans d’entretiens et de chroniques relatifs aux Beatles parus dans Rock&Folk : c’est ce que ce livre de Jérôme Soligny rassemble. Musicien, écrivain,...

L'invité
mammiferes-aux-bouffes-du-nord-le-premier-album-live-de-miossec-toujours-croire-a-des-lendemains-qui-chantent-

Je passe le Pont de Recouvrance qu’il a chanté et traverse le quartier du même nom. Je songe à quel point Christophe Miossec a été important, pour moi et pour beaucoup,...

L'invité
un-3e-album-des-nus-prevu-en-2018-christian-dargelos-en-bretagne-les-gens-se-relevent-

C’est une légende de la scène rennaise. Co-fondateur du culte Marquis de Sade en 1977, Christian Dargelos a ensuite créé les Nus, groupe de rock teigneux dont il est le chanteur...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Que valent maintenant les livres ?

Michel Ogier


Des boîtes à livres se disséminent dans les villes et les bourgades. Les amateurs de livres, pour la plupart, s'en réjouissent. Et on ne peut que saluer ceux qui en prennent l'initiative. C'est certainement une très bonne chose que de démocratiser la culture.


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité