Publicité
Disques

The Craftmen Club: "Colores"

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Upton Park/ L'autre distribution Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
the-craftmen-club-colores-

Après quatre ans de silence discographique, The Craftmen Club est de retour avec un nouvel album studio qui démontre que les quartet costarmoricain est en évolution perpétuelle.

Avec quatre albums au compteur en 18 ans d'existence, The Craftmen Club est un groupe rare qui sait se faire désirer. Après l'excellent Eternal Life, sorti en 2013, le quartet guingampais sort aujourd'hui Colores, son nouvel opus attendu par de nombreux amateurs de rock fiévreux et incandescent. Un quatrième opus, réalisé sous la houlette de Seb Lorho et qui marque un tournant pour le combo, ce dernier ayant décidé d'écrire une majorité des titres dans la langue de Molière. Et le résultat, dans l'ensemble, est des plus concluants. Passé les deux titres d'ouverture, La Route et La Jetée, dont les accents un peu trop pop laisseront plus d'un auditeur sur leur faim, The Craftmen Club trouve sa vitesse de croisière et nous offre des morceaux d'une belle intensité. A l'image de Expect to Crash et de ses riffs fuzz, ou encore de Colores et Nos enfants rois, deux compositions, en Français, sur lesquelles semble planer l'ombre de Noir Désir voir de Tanger. Autres influences qui traversent cet album : celles de David Bowie et de Marc Bolan, dont les esprits sont invoqués en particulier sur Last Trip ou encore Elevator, deux chansons qui font un bien fou aux esgourdes et qui renouent avec les grandes heures du rock britannique. L'album s'achèvent par deux titres, le Lac et le Lustre, enregistrés live au studio Kerwax et qui avec leurs ambiances hypnotiques laissent présager un avenir radieux pour les quatre Bretons.


Erwan Bargain
publié le 14-11-2017

comments powered by Disqus
Disques
maman-kusters-sous-la-peau-de-

On touche ici une certaine écume de la nuit. Une élégance à la Seiz Breur, qui mêle les années 30 et les années 80, sans plagiat et avec audace.

Disques
gad-zukes-fight-the-silence-

Ils sont cinq, viennent de Dinan en passant par l’Angleterre et débordent d’énergie. Leur premier EP est une vraie réussite, entre coup de cœur magistral et un avenir...

Disques
follow-me-not-if-the-sky-remains-

Le début des années ont le cuir qui résiste au temps. Follow Me Not les fait revivre avec la précision de ceux qui ne veulent pas confondre post punk et Cold Wave.

Disques
konrad-fight-konrad-fight-

Konrad Fight… Depuis Marquis de Sade, ça sonne bien. L’EP des breton reste...

Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Disques
celtic-social-club-a-new-kind-of-freedom-

C’est étrange, cette impression que The Celtic Social Club existe depuis toujours. Et pourtant, cela fait seulement 3 ans qu’ils arpentent les scènes du monde entier, à commencer...

Disques
les-ramoneurs-de-menhirs-breizh-anok-

Entre gavotte et pogo, les Ramoneurs de Menhirs n’ont pas choisi. Ils n’ont donc pas renoncé. « Breizh Anok » en apporte une preuve punk et sonnante.

Disques
tagada-jones-la-peste-et-le-cholera-

Tagada Jones, dernier des mohicans ? Une fois de plus, leur punk rock défouraille à tout va et chaque élection nous prouve qu’ils ont encore de belles années devant eux.

Disques
the-moorings-unbowed-

Punk, folk et celtique à la fois. Et originaire de Sélestat dans le Bas-Rhin. Le résultat est aussi explosif qu’une Guiness dégoupillée à l’heure de...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité