Publicité
Disques

Sleater-Kinney« Live in Paris »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Sub Pop Note : 3/5HermineHermineHermine
sleater-kinney-live-in-paris-

La bande à Carrie Brownstein remet ça. Après 9 ans d’absence le trio de choc et de charme punk américain retrouve les chemins des planches avec un live à la clef.

Souvenez vous, c’était en 1999 et sortait l’album The Hot Rock (1999) sur le label Kill Rock Stars. Et bien, il est désormais classé parmi les 50 (17ème) plus grands albums de tous les temps catégorie "Women who rock" par le magazine Rolling Stone. Pas mal de chemin a été parcouru depuis les prémices du mouvement Riot Grrrl que Carrie Brownstein a contribué à créer en 1995 avec son premier groupe Excuse 17. Et dire que maintenant, elle connait un début de notoriété sur le petit écran dans la série satyrique Portlandia.


L’apriori est donc positif, d’autant que les filles ont depuis signé chez Sub Pop. Un gage de bonne conduite rock. Et de qualité. D’autant que les trois américaines (quatre sur scène avec Katie Harkin))  avaient fait abstinence entre 2006 et 2015. Neuf ans de silence radio mis à mal par un album studio en 2015 (« No cities to love ») et cet album live enregistré à la Cigale (Paris), le 20 mars 2015 lors de leur dernière tournée. Et pas question de louper le premier titre, car tout va très vite avec seulement 13 morceaux pour 47 minutes de live. Ce qui représente une sorte de best of du concert quand on sait que le show parisien comptait au moins le double de morceaux et deux gros rappels contre un seul petit sur le disque (« Modern girl »). Le « final cut » a eu la dent dure. A moins que les contraintes du format vinyle ait défini la règle du jeu. Là, on ne peut que s’en féliciter.
Côté musique, le punk rock de Sleater-Kinney est dans son jus. N’allez pas chercher de retouches en studio : ici l’énergie est intacte, abrasive. Les fans s’en féliciteront, car le groupe semble vraiment avoir tout donné et apprécié de jouer à Paris. 


Guillaume du Porzou
publié le 11-02-2017

comments powered by Disqus
Disques
maman-kusters-sous-la-peau-de-

On touche ici une certaine écume de la nuit. Une élégance à la Seiz Breur, qui mêle les années 30 et les années 80, sans plagiat et avec audace.

Disques
the-craftmen-club-colores-

Après quatre ans de silence discographique, The Craftmen Club est de retour avec un nouvel album studio qui démontre que les quartet costarmoricain est en évolution perpétuelle.

Disques
gad-zukes-fight-the-silence-

Ils sont cinq, viennent de Dinan en passant par l’Angleterre et débordent d’énergie. Leur premier EP est une vraie réussite, entre coup de cœur magistral et un avenir...

Disques
follow-me-not-if-the-sky-remains-

Le début des années ont le cuir qui résiste au temps. Follow Me Not les fait revivre avec la précision de ceux qui ne veulent pas confondre post punk et Cold Wave.

Disques
konrad-fight-konrad-fight-

Konrad Fight… Depuis Marquis de Sade, ça sonne bien. L’EP des breton reste...

Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Disques
celtic-social-club-a-new-kind-of-freedom-

C’est étrange, cette impression que The Celtic Social Club existe depuis toujours. Et pourtant, cela fait seulement 3 ans qu’ils arpentent les scènes du monde entier, à commencer...

Disques
les-ramoneurs-de-menhirs-breizh-anok-

Entre gavotte et pogo, les Ramoneurs de Menhirs n’ont pas choisi. Ils n’ont donc pas renoncé. « Breizh Anok » en apporte une preuve punk et sonnante.

Disques
tagada-jones-la-peste-et-le-cholera-

Tagada Jones, dernier des mohicans ? Une fois de plus, leur punk rock défouraille à tout va et chaque élection nous prouve qu’ils ont encore de belles années devant eux.

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité