Publicité
Disques

Les Nus « Les Nus »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
HYP Note : 3/5HermineHermineHermine
les-nus-les-nus-

Le tragique disque de 1982 est effacé comme un palimpseste. De « Johnny Colère » aux « Années Reagan », certains accents ont pourtant du mal à se gommer. Mais quel bonheur de les entendre en 2016 ! 

Leur dernier album remontait à 1982. Le seul et l’unique jusqu’à aujourd’hui. Et comme une traînée nostalgique pour tout écrin, les rennais n’en finissaient pas de devenir culte. Noir Désir n’avait il pas repris « Johnny Colère » sur leur splendide « Tostaky » en 1992. Un véritable passeport pour la gloire souligné par les bordelais eux même dans les Inrockuptibles de la même époque : « Les Nus ont été très importants pour nous dans le début des années 80 (…). C’est un groupe qui nous a beaucoup marqué, le genre d’influence fulgurante et indélébile ». C’est dire si le groupe était attendu avec ce second effort éponyme. Attendus et épaulés malgré la disparition tragique de Frédéric Renaud, fauché en 2013 alors que le groupe composait et répétait pour les Transmusicales. Les amis sont venus comme Dominic Sonic à la guitare (aujourd’hui remplacé par Goulven Hamel) ou Etienne Daho qui a produit « Les années Reagan » et suggéré l’ex Valentin Jean-Louis Piérot pour mixer l’album.
Comme une passerelle entre les deux époques, trois morceaux sont communs aux deux disques que 35 ans séparent désormais dont le fameux « Johnny colère ». Dans une veine rock qui rappelle indéniablement les Stranglers et plus étrange, Ange et ses accents baroques (« Le funambule »), les textes de Christian Dargelos font merveille. Surtout quand les claviers de Remy Hubert font souffler des parfums californiens à la Doors. Bref après le grand retour de Frank Darcel et de sa brillante Republik, un autre Marquis de Sade fait parler de lui. Il est simplement dommage de constater que Les Nus jettent un œil dans le rétro, là où Republik fixe l’horizon sans aucune concession à son glorieux passé. Mais force est de constater que cet album refait parler d’eux – en bien - là où leur premier opus les avait réduits au silence. Le dernier chapitre est écrit et peut désormais donner à l’histoire des Nus un éclairage un peu plus fidèle à la réalité : celle de la scène.


Hervé Devallan
publié le 23-03-2016

comments powered by Disqus
Disques
german-oak-down-in-the-bunker-

Encore un disque culte réédité. Il s’agit de « Doanw in the bunker » du trio allemand de Krautrock German Oak

Disques
marquis-de-sade-16-09-17-

Oui, nous sommes bien en 2017 et ceci est bien une chronique d’un nouvel album de Marquis de Sade. 

Disques
morrissey-low-in-high-school

Bigmouth Strikes Again, Get Off The Stage… C'est fou comme certains titres de Morrissey s'appliquent désormais à sa propre déchéance. 

Disques
maman-kusters-sous-la-peau-de-

On touche ici une certaine écume de la nuit. Une élégance à la Seiz Breur, qui mêle les années 30 et les années 80, sans plagiat et avec audace.

Disques
the-craftmen-club-colores-

Après quatre ans de silence discographique, The Craftmen Club est de retour avec un nouvel album studio qui démontre que les quartet costarmoricain est en évolution perpétuelle.

Disques
gad-zukes-fight-the-silence-

Ils sont cinq, viennent de Dinan en passant par l’Angleterre et débordent d’énergie. Leur premier EP est une vraie réussite, entre coup de cœur magistral et un avenir...

Disques
follow-me-not-if-the-sky-remains-

Le début des années ont le cuir qui résiste au temps. Follow Me Not les fait revivre avec la précision de ceux qui ne veulent pas confondre post punk et Cold Wave.

Disques
konrad-fight-konrad-fight-

Konrad Fight… Depuis Marquis de Sade, ça sonne bien. L’EP des breton reste...

Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
L’année 2018 démarre sous de bons et nouveaux auspices

hervé devallan


Ça bouge sur le front du fédéralisme. Supprimant un étage du mille-feuille administratif, la nouvelle assemblée territoriale corse a élu ses présidents. Oui, se sont bien le nationaliste Jean-Guy Talamoni et l'autonomiste Gilles Simeoni qui prennent la tête de la collectivité unique de Corse ! 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité