Publicité
Films

L'irlandais

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Réalisé par John Michael McDonagh - Irlande - 2011 - 1h36 Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
l-irlandais

Avec Brendan Gleeson, Don Cheadle, Liam Cunningham

Pour qui connaît le Connemara, il va sans dire qu’un homme qui se baigne en mer sous cette latitude, même en combinaison, est un héros. Et le sergent Gery Boyle, merveilleusement incarné par Brendan Gleeson, en est un, sans conteste. Mais, au-delà de cette prestation savoureuse et politiquement très incorrecte du géant roux, c’est le ton du film qui captive, et séduit rapidement.


Cette fable « ethnique » tragi comique a le don en effet de vous transporter sur les rivages rugueux d’Irlande, au milieu de « tronches » incroyables, tout en vous laissant quelque peu perplexe sur la tournure que pourraient prendre ces évènements parfois loufoques. Mais l’intensité et la justesse des propos ne faiblissent jamais tout au long d’une enquête ciselée de dialogues savoureux et traversée de personnages épiques (quelle trouvaille par exemple que ces truands avides de citations philosophiques pointues !). Au fond c’est l’hommage à tout un peuple que distillent les aventures de cet « inspecteur Harry » des landes. Un peuple dont on moque ici le racisme « primaire » mais qui ne résiste pas aux événements. Un peuple dont on raille l’homophobie supposée atavique quand elle semble essentiellement potache (« comment, il ya des homos dans l’IRA ? » vocifère Boyle, « Un ou deux, répond son compère lunaire, mais c’était la seule solution pour infiltrer le MI 6… »). Un peuple celte dont on pointe l’esprit bagarreur et les arrangements faciles avec certaines règles ou la religion, mais auquel on reconnaît finalement une grande humanité, une vraie ténacité et beaucoup d’humour…


En point d’orgue, l’amitié qui s’installe entre l’inspecteur noir du FBI (campé par un Don Cheadle impeccable de retenue) et la brute irlandaise sonne diablement juste et nous lave de la niaiserie entraperçue dans les « intouchables ». Et cette fin que l’on n’arrivait pas à imaginer est un magnifique point d’interrogation. Gery Boyle était-il très très con ou incroyablement malin ? That is the question.


Frank Darcel
publié le 08-01-2012 - mis à jour le 06-07-2012

Bande annonce

comments powered by Disqus
Films
la-grande-bellezza

À quelques années près, Jap Gambardella pourrait être ce personnage incarné jeune par Marcello Mastroiani dans la Dolce Vita (1960) ou la Notte (1961). Composé...

Films
indian-palace-best-exotic-marigold-hotel

Un casting aux petits oignons et de jolies évocations de l’Inde dans ce film souvent drôle, parfois rafraîchissant mais sans grandes surprises.

Films
rhum-express

Tiré d’un roman autobiographique, « The Rum Diary », le film conte les premières aventures journalistiques de Hunter S Tompson quand, à la fin des années 1950,...

Films
carnage

Le huis clos au cinéma est un genre à lui seul. Mais c’est un exercice de style casse-gueule. Si cela coûte moins cher à fabriquer qu’un film classique (un seul décor...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité