Publicité
Livres

Flâner à Nantes

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Marie-Hélène Prouteau , La ville aux maisons qui penchent éd La Chambre d’Echos, 86 pages, 12€ Note : 3/5HermineHermineHermine
flaner-a-nantes

Lisant de Marie-Hélène Prouteau La ville aux maisons qui penchent, je ne me suis rien de moins que promené avec une amie jamais croisée! Une vieille connaissance à mon bras, et pour guides conjoints Jacques Demy, Jeanne Moreau, vous brûlez, Anouk Aimé, pile c’est Lola, face c’est Nantes !

Avec cette vieille amie que je ne connais pas, j’ai flâné durant des pages, pas si loin du rêve de la ville. Cette amie qui écrit, l’écriture est sa ville. Je me fusse promené quai de la Fosse ou sur le Cours des Cinquante-Otages avec un ami menuisier, il m’aurait montré les chambranles des portes ou l’art des bois d’équerre. Avec un maçon, les murs du château, les cintres de portes, les colonnes d’ici ou la tour L.U. il se trouve que M-H Prouteau a pour compagnon mes compagnons, Michel Chaillou, Julien Gracq –est-il nommé, mais son ombre est partout, Georges Perros ou Yves Landrein.


Comment lui en vouloir un peu que Vaché ni Breton n’y soient pas, Nantes attend d’autres balades et plus vaches !


Flâner dans la ville invite aux temps superposés, aux Faluns d’une mer qui n’est plus, aux assèchements des bras de Loire –hélas, disons-le mais l’urbanisme n’est pas ici la question, encore moins la hiérarchie entre le centre et la périphérie. L’auteure passe du coq à l’âme, du rêve à « la ville rêvée », des hauteurs de la Butte Sainte Anne à Dostoïevski via « le sentiment de l’eau ». L’histoire de la ville hante l’auteure qui hante la ville. Le Code noir oblige et ses désobligeances, pire sa criminelle initiative, qui hurlent depuis les soutes qui ne sont plus mais d’où les riches demeures s’élèvent. L’histoire est partout et pas qu’en panneau des rues ou en plaques de marbre. Nantes est une mémoire de sang, de sou et d’ouvriers libertaires, de métallos en colère et d’anars de droit commun. Tout court dans ce livre court, une poésie du présent placée sous le passé et en surplomb des temps. Les migrants de Lampedusa ne sont-ils pas les frères de toutes les migrations et de toutes nos hontes ? La mémoire en démultiplié.


Celle du magnolia du Jardin des Plantes. Il pousse depuis 1807 à Nantes à côté du Lycée Clémenceau. On croit qu’il ne voit rien, qu’il n’entend rien, Marie-Hélène Prouteau prouve que non. Elle décode de son écorce le barrage allemand qui bloque à toutes les issues de la gare Libertaire Rutigliano ! Libertaire, c’est le prénom d’un jeune homme mort pas si loin de Desnos, mort de s’être tu à l’instar du magnolia du Jardin des Plantes.


Il est de pire promenade dans le temps et les espaces. On aurait voulu, car on s’adresse à une désormais amie qu’il y ait moins d’épithètes, « la douceur du tuffeau » étant forcément « sensuelle », « le sentiment » fatalement « magique », « la caresse » à tout coup « furtive ». Hormis ce trop-plein d’adjectifs, le livre fait un bien fou, comme un peu folle est Nantes, la ville ouverte qui se regarde en face, y compris en ce qu’elle eut de pire, y compris ses machinations de machines, cet extraordinaire vernien, toute cette poésie de la ville de mer sans mer, tout l’aplomb de la Tour Bretagne d’où Turner et Buren croisent leurs formes. Nantes surprend et Marie-Hélène Prouteau est éprise.


Gilles Cervera
publié le 10-07-2017

Livres
retour-a-l-anormal

Finir Le lambeau en pleurant n’est pas une entame de critique littéraire. C’est le cas. Le Bataclan est sous la rafale à la toute fin du livre de Philippe Lançon et Chloé...

Livres
marie-sizun-vous-n-avez-pas-vu-violette-

Marie Sizun est bien connue pour ses romans qui ont pour cadre la Bretagne. Et sur l’amour, on se souvient encore de « Plage » ! Cette fois, et sur le même sujet, Marie...

Livres
pennac-bartleby-zadiste-sans-zad

Nous n’avions rien dit lorsque nous ne retournions plus jusque Pennac ! On aurait eu du mal à se prononcer sur cette lassitude. Le cancre nous avait attendris mais trop de cancritude tend vers...

Livres
jean-pierre-nedelec-le-monde-etait-plein-de-couleurs-

Ce monde « plein de couleurs » (quel beau titre !) décrit par le douarneniste Jean-Pierre Nedelec dans son nouveau livre est celui de l’enfance. Il est aussi celui de...

Livres
l-amour-qui-prefererait-ne-pas

Ne pas commenter les nombreux commentaires auto-satisfaits de la presse littéraire. Marc Pautrel est à lire et ce n’est pas par la seule grâce d’on n’est pas couché...

Livres
gaetan-lecoq-le-rire-de-xavier-grall-

« Romancer » la vie du poète et journaliste breton Xavier Grall. Personne ne l’avait encore tenté, ni forcément imaginé. C’est désormais chose...

Livres
-l-inconnu-me-devore-de-xavier-grall-reedite

Les éditions Les Equateurs rééditent L’inconnu me dévore de Xavier Grall, avec une préface de Pierre Adrian. Le livre avait été publié pour la...

Livres
-les-passagers-du-siecle-de-viktor-lazlo

La fresque est ambitieuse : faire traverser plus d’un siècle (entre 1870 et nos jours) à une esclave noir et un juif polonais. Le tout démarrant à la fin de la traite des...

Livres
bernard-berrou-la-nuit-des-veuves-

On connaît de Bernard Berrou la veine « irlandaise » de ces merveilleux livres qu’il a consacrés à la « verte Erin ». On connaît aussi...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Que valent maintenant les livres ?

Michel Ogier


Des boîtes à livres se disséminent dans les villes et les bourgades. Les amateurs de livres, pour la plupart, s'en réjouissent. Et on ne peut que saluer ceux qui en prennent l'initiative. C'est certainement une très bonne chose que de démocratiser la culture.


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité