Publicité
Livres

City on fire de Garth Risk Hallberg

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Elisabeth Peellaert, éditions Plon, collection Feux Croisés, 992 p., 23,90 €. Note : 5/5HermineHermineHermineHermineHermine
city-on-fire-de-garth-risk-hallberg

Voici un premier roman insolite. Voici un premier roman grandiose. Sur plus de 900 pages grisées de la même prose sans failles, empreintes d'un style distillant avec élégance humour et émotion, on est porté par une même voix dont on ne se lasse pas. 

L'auteur semble s'y être libéré du fardeau de son imaginaire colossal en nous livrant ce récit presque trop maîtrisé pour être inventé. On jurerait qu'il y était, dans ce New-York des années 70. Or il a 35 ans et cette histoire contée avec la minutie d'un aquarelliste et la précision d'un enquêteur est donc une pure fiction. C'est un premier roman aboutissement de six ans de labeur, d'enfermement pour paradoxalement libérer ce monde devenu trop vrai pour rester dans l'ombre de ses pensées. Certains lui reprochent déjà une ambition dévorante pour avoir osé un premier récit aux allures de fresque épique, mais Hallberg ressemble bien plus à ces écrivains nés qui obéissent corps et âme à l'appel de la plume, suivent leurs personnages jusqu'à la dernière page, sans négliger l'essentielle cohérence formelle mais sans glisser jamais dans le verbiage prétentieux. On lui reprochera seulement de décourager les écrivains moins doués : il nous offre un chef-d’œuvre, et un grand. 


31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu'à l'autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie, venu de Long Island, attend Sam pour assister à un concert punk. Mais Sam a un autre rendez-vous auquel elle tient plus que tout. Elle retrouvera Charlie dans quelques heures à la station de métro de la 72e Rue. 
Non loin, dans Hell's Kitchen, Mercer Goodman glisse entre ses doigts un délicat carton d'invitation adressé à William, son amant. Et s'il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William lui a toujours cachée ? Il pourrait peut-être en apprendre enfin un peu plus sur celui qui partage sa vie, mais pas ses secrets. Central Park, un peu plus tard : des coups de feu assourdis par la neige et du rouge sang sur le grand manteau blanc.
Le lien entre tous ces êtres ? Ce crime, tôt ou tard. Leurs histoires s'entremêlent et nous entraînent dans les recoins les plus infimes de la ville, jusqu'au grand Black Out de 1977. 


Tiphaine Kervaon
publié le 14-10-2016

comments powered by Disqus
Livres
trois-jours-d-attente

Nous lisons Yves Ravey depuis Le drap, c’était au tout début de ce siècle. Il nous avait marqué avec ce désossé littéraire d’un qui écrit...

Livres
journal-de-vie-d-un-soldat-qui-va-mourir

Un gros livre pour l’été. Pas pour la plage et pas que parce que son poids pèse, ni pour les arpions écartés ou la crème solaire en marque pages. Gare à la...

Livres
flaner-a-nantes

Lisant de Marie-Hélène Prouteau La ville aux maisons qui penchent, je ne me suis rien de moins que promené avec une amie jamais croisée! Une vieille connaissance à...

Livres
-le-gout-du-vent-sur-les-levres-par-cedric-morgan

Belle-Ile-en-Mer est source d’inspiration pour Cédric Morgan. Et de belle manière avec ce nouveau roman « Le goût du vent sur les lèvres ». D’une...

Livres
un-roman-de-romancier

Famille Carpentier, le père. Disparu tôt, rayé de la carte mais pas du patronyme. Famille Carpentier, le fils, « l’écrivain français » comme...

Livres
petit-pays-de-gael-faye

« Je tangue entre deux rives : mon âme a cette maladie-là. Je pensais être exilé de mon pays… En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris...

Livres
un-western-avec-mere-et-fils

Mauvignier, verbe du premier groupe. Verbe correspondant à un auteur qui publie chez Minuit, dont son dernier livre : Continuer.

Livres
au-bord-de-la-mort

Nous pourrions ici feuilletonner à l’ancienne. Chercher donc en quoi Alain Rémond critiqué juste à côté voisine avec Philippe Le Guillou. On trouvera vite  que...

Livres
l-evangile-selon-alain-remond

Lire Alain Rémond coule comme un ruisseau. Il dévale, on lit vite son livre qui court, passionné, incisif. Que retient-on ?

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité