Publicité
Livres

Bernard Berrou : « La nuit des veuves »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
La nuit des veuves, Bernard Berrou, Editions des Montagnes noires, 135 pages, 14 euros. Note : 3/5HermineHermineHermine
bernard-berrou-la-nuit-des-veuves-

On connaît de Bernard Berrou la veine « irlandaise » de ces merveilleux livres qu’il a consacrés à la « verte Erin ». On connaît aussi son attachement à un territoire d’enfance (la baie d’Audierne) auquel il a consacré un livre unanimement salué (Un passager dans la baie, La Part Commune 2005, Locus Solus 2017.) On avait, par contre,  été surpris de découvrir sa passion pour le GR corse (La haute route, Terre de brume, 2009) ou pour le récit d’anticipation (Sunny Park, Terre de Brume, 2007)

Bernard Berrou nous surprend encore plus avec son dernier opus : sept nouvelles placées sous le signe des veuves et sous celui de… l’érotisme. Car la veine érotique est – c’est le moins qu’on puisse dire – peu cultivée par les auteurs bretons (sans doute une question de pudeur) même si quelques noms émergent, notamment ceux de Jean-Pierre Nédélec ou Charles Madezo du côté de Douarnenez, des auteurs qui n’hésitent pas à briser certains tabous.


Aujourd’hui c’est Bernard Berrou qui le fait avec ce talent d’écriture qu’on lui connaît. Il nous raconte l’aventure de sept personnes que les hasards de la vie vont mettre sur le chemin de veuves. Pour ce faire, l’auteur breton nous transporte à Lisbonne, en Hollande (sur un bateau-phare), en Irlande (dans un train), en Auvergne… Sans oublier cet « espace sauvage de garennes, de dunes et de marais » qu’il parcourt tous les jours dans son pays bigouden où la veuve  d’une de ses nouvelles est comme « une âme errante traînant sa douce folie sur la lande ».


Bernard Berrou évoque ici sans détour, les plaisirs de l’amour charnel. Sans doute « sublimés » parce qu’il s’agit de veuves, souvent jeunes, que le désir tenaille (comme il tenaille les héros de ses nouvelles). Voici l’une d’elles, « volcanique et souple, victorieuse et féline » qui, raconte le héros de l’histoire,  « prit les choses en main avec autorité ». Ailleurs, l’auteur fait dire à l’un de ses personnages : « Je me mis à masser religieusement une corbeille nappée d’une tiède rosée, mystérieuse frisure qui  ne laisse jamais en repos depuis la Genèse ».


Il faut sans doute avoir un grand amour (et sans doute une grande expérience) des femmes pour écrire de telles pages. Car Berrou ne se contente pas de nous décrire la montée du désir et la rencontre – parfois torride – des corps. Il truffe ses récits de réflexions qu’il attribue à ses personnages et qui pourraient, sans doute, être aussi les siennes. « On ne désire jamais une femme dans sa globalité, mais pour tout un paysage détaillé qui est enveloppé dans cette femme, un parfum, une robe, une allure, une modulation de voix. Le désir coule dans un agencement ».


Ses personnages, en effet, sont des gens cultivés. Il citent volontiers Derrida, Deleuze ou Cioran. Ils  lisent Borges ou Pessoa. Ils connaissant les bons films, de Blow up aux Deux Anglaises et le continent » en passant par Thelma et Louise ou Harry, cet ami qui vous du bien. On les voit même, dans une forme de dévotion, se rendre sur les lieux de tournage de certains de ces films. Et l’on se plaît à penser que certaines des nouvelles réunies dans La nuit des veuves feraient de merveilleux et excitants courts-métrages.


Pierre Tanguy
publié le 21-12-2017

Livres
gaetan-lecoq-le-rire-de-xavier-grall-

« Romancer » la vie du poète et journaliste breton Xavier Grall. Personne ne l’avait encore tenté, ni forcément imaginé. C’est désormais chose...

Livres
-l-inconnu-me-devore-de-xavier-grall-reedite

Les éditions Les Equateurs rééditent L’inconnu me dévore de Xavier Grall, avec une préface de Pierre Adrian. Le livre avait été publié pour la...

Livres
-les-passagers-du-siecle-de-viktor-lazlo

La fresque est ambitieuse : faire traverser plus d’un siècle (entre 1870 et nos jours) à une esclave noir et un juif polonais. Le tout démarrant à la fin de la traite des...

Livres
jacques-josse-comptoir-des-ombres-

A quoi reconnaît-on un écrivain ? Un vrai. A sa capacité à créer un monde, à sa faculté de partir de lieux singuliers et familiers pour vous parler de...

Livres
kamel-daoud-et-les-pouvoirs-de-l-ecriture

Quand un livre commence par ces lignes, on se dit qu’on est dans de bonnes mains. « Ecrire est la seule ruse efficace contre la mort. Les gens ont essayé la prière, les...

Livres
cervera-dans-le-creuset-du-frere

Deux frères, tout est dit. Dans le genre saga familiale, Gilles Cervera resserre la focale sur un simple binôme. Il donne à ce couple déchiré, déchirant, une pureté...

Livres
devenez-membre-du-jury-du-prix-henri-queffelec-2018

Le Festival Livre & Mer de Concarneau propose aux lectrices et lecteurs passionnés de former le jury du prochain Prix Henri-Queffélec. Pour la 34e édition du 6 au 8 avril 2018, le jury...

Livres
trois-jours-d-attente

Nous lisons Yves Ravey depuis Le drap, c’était au tout début de ce siècle. Il nous avait marqué avec ce désossé littéraire d’un qui écrit...

Livres
journal-de-vie-d-un-soldat-qui-va-mourir

Un gros livre pour l’été. Pas pour la plage et pas que parce que son poids pèse, ni pour les arpions écartés ou la crème solaire en marque pages. Gare à la...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Que valent maintenant les livres ?

Michel Ogier


Des boîtes à livres se disséminent dans les villes et les bourgades. Les amateurs de livres, pour la plupart, s'en réjouissent. Et on ne peut que saluer ceux qui en prennent l'initiative. C'est certainement une très bonne chose que de démocratiser la culture.


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité