Publicité
Édito

Trop de sécurité entrave à la liberté, dont celle de créer

Pour naviguer plus vite et sans publicités:

C'est parfois à de petits faits, souvent anodins, que l'on sent une société changer. D'abord insignifiants, ils vont s'accumulant pour un jour faire - sinon sens - norme. Cette norme que l'on intégrera, homéopathie oblige, sans qu'elle ne suscite ni questionnement ni inquiétude. Et encore moins rébellion.

Récemment, alors que j'attendais une amie dans le hall de la gare de Rennes, j'ai pu observer un agent de sécurité – ou plus précisément une « agente » - demander de se replier à d'innocentes jeunes danseuses qui improvisaient là un petit spectacle aux alentours du piano qu'on dispose aujourd'hui dans les gares. Plus sensible aux possibles remarques de certains tenants de l'ordre qu'au sixième art, sans doute cette officielle redoutait-elle que quelque entrechat par trop audacieux ne dégomme un bambin. Ou une octogénaire.


C'est un exemple entre mille, symbolisant un signe des temps et l'affaire se passerait de commentaire si elle ne s'inscrivait pas dans une suite aussi logique qu’implacable et pernicieuse où, sous prétexte de sécurité, l'espace de nos libertés individuelles mais aussi collectives ne cesse de s'étrécir.


Tour un chacun peut constater comme ça à de multiples signes au quotidien que la sécurité prime. Elle devient un principe prévalent et s'impose sans qu'on puisse le moindrement remettre en cause sa justification.


Nous nous inquiétons de nous savoir fichés, tracés, hackés, conscients que nos goûts comme nos coordonnées alimentent désormais des bases de données que des placeurs de produits et services monnayent au prix fort. Nous avons raison. Mais au quotidien il est de petites démonstrations sécuritaires qui n’ont rien d’anodin et qui réclament tout autant notre vigilance : qui a dit qu'un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, ne méritait ni l'une ni l'autre ? Et qu'il pourrait bien finir par perdre les deux.


Michel Ogier
publié le 26-10-2015

comments powered by Disqus
Édito
benevoles-de-tous-pays-

Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet...

Édito
un-tour-en-noir-et-blanc

Le Tour de France cycliste est un cas d’école. Même France TV ne peut échapper au phénomène qui se répète saison après saison : on voit des Gwenn...

Édito
retour-sur-le-passe-musical

Lors du match amical de football opposant la France à l’Angleterre, c’est la Garde Républicaine qui a rendu l’hommage le plus juste aux victimes de l’attentat...

Édito
taux-d-audience-records-pour-sitcom-presidentielle

Tant de suspense, tant de rebondissements : avons-nous jamais autant été tenus en haleine que par cette série à la française ? Une version échevelée...

Édito
silence-on-creuse

Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en...

Édito
le-monde-s-est-trumpe-de-combat

Mardi 8 novembre 2016, Donald Trump est élu Président des Etats unis d’Amérique. 
Le choc…. 
De nos élites !
Comme le...

Édito
vive-les-wallons-libres-

Il fallait bien que quelqu’un le fasse, que quelqu'un le dise. Et ce furent les Wallons. Un peuple de 3,5 millions d’habitants  qui remet la démocratie dans le bon sens et laisse furieuse...

Édito
paradoxe-hexagonal

Cette année, les Français seront plus nombreux à rester en France pour passer leurs vacances : « ils choisissent la proximité et la sécurité »...

Édito
a-quoi-bon-

Depuis dimanche dernier, un artiste réalise une performance en stationnant pendant sept jours sur une plateforme de 1,90m de long sur 1m de large. En haut d'un mât de 12m. Cette sculpture...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité