Publicité
Livres

Trois jours d’attente

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Trois jours chez ma tante d’Yves Ravey aux éditions de Minuit, 192 pages, 15€ Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
trois-jours-d-attente

Ravey nous ravit.
Certes c’est fastoche, mais tellement vrai !!

Nous lisons Yves Ravey depuis Le drap, c’était au tout début de ce siècle. Il nous avait marqué avec ce désossé littéraire d’un qui écrit comme on dégraisse. Il évoquait la mort de son père. Depuis, nous attendons son dernier opus avec impatience et s’il a changé longtemps de style à chaque livraison, c’est désormais dans un genre qu’il excelle et se complait ! Pour ne pas nous déplaire.


Ravey est devenu l’auteur du suspense. Dans Trois jours chez ma tante, qui sort ces jours-ci, nous défions un lecteur de poser son livre à mi-parcours ! Plus court et musclé qu’un Hitchcock, aussi vif qu’un oiseau des Oiseaux, son livre nous traverse. L’art est clinique, l’œil qui lit un palpitant ! Ravey pousse le lecteur à lire, non à dévorer d’impatience, notre seule limite étant physique, celle de l’œil qui trace et des neurones qui bloquent.


La fabrique de Ravey nous prépare à la surprise sans qu’on n’y soit jamais préparé. Il nous embarque, nous sommes embarqués, sans qu’évidemment on en sache ni l’heure ni la page de ce qui nous a embarqués. On sent plus qu’on sait qu’il y aura dans le livre une bascule, un soupçon qui gagne, une arrière-pensée qui s’installe, un vague doute, de moins en moins vague, carrément sans aucun doute. Le héros annoncé, assez standard, quasi normal, comme nous quoi, s’avère son double. Comme nous quoi ! Les hommes de Ravey sont des hommes, peu d’héroïne féminine en jeu, plutôt des agents doubles d’eux-mêmes. Ravey est à même l’âme des OSS 117 de l’ordinaire, des gars sans envergure, trafiquants d’eux-mêmes ou autres menteurs de soi. Ils sont assez courants ceux qui se fuient en fuyant, se barrent dans les confins ou, plus exceptionnels, écrivent des lettres avec des ciseaux et des lettres découpées dans les magazines pornos.


Héros sans vergogne dont le vernis affectif aveugle. On est chez Yves Ravey toujours en terre trouble alors que ni la main qui tient le stylo ni rien ne tremble.


Yves Ravey est dans la rentrée littéraire. Auteur discret, le contraire de la dame  au chapeau que les médias excitent. Ravey nous ravit aussi car tapi dans la pénombre avec une écriture au scalpel, des rythmes qui nous font prévenir le lecteur cardiaque qu’il doit lire sous une couette, Trinitine à portée de main.


Gilles Cervera
publié le 13-09-2017

comments powered by Disqus
Livres
journal-de-vie-d-un-soldat-qui-va-mourir

Un gros livre pour l’été. Pas pour la plage et pas que parce que son poids pèse, ni pour les arpions écartés ou la crème solaire en marque pages. Gare à la...

Livres
flaner-a-nantes

Lisant de Marie-Hélène Prouteau La ville aux maisons qui penchent, je ne me suis rien de moins que promené avec une amie jamais croisée! Une vieille connaissance à...

Livres
-le-gout-du-vent-sur-les-levres-par-cedric-morgan

Belle-Ile-en-Mer est source d’inspiration pour Cédric Morgan. Et de belle manière avec ce nouveau roman « Le goût du vent sur les lèvres ». D’une...

Livres
un-roman-de-romancier

Famille Carpentier, le père. Disparu tôt, rayé de la carte mais pas du patronyme. Famille Carpentier, le fils, « l’écrivain français » comme...

Livres
petit-pays-de-gael-faye

« Je tangue entre deux rives : mon âme a cette maladie-là. Je pensais être exilé de mon pays… En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris...

Livres
un-western-avec-mere-et-fils

Mauvignier, verbe du premier groupe. Verbe correspondant à un auteur qui publie chez Minuit, dont son dernier livre : Continuer.

Livres
au-bord-de-la-mort

Nous pourrions ici feuilletonner à l’ancienne. Chercher donc en quoi Alain Rémond critiqué juste à côté voisine avec Philippe Le Guillou. On trouvera vite  que...

Livres
l-evangile-selon-alain-remond

Lire Alain Rémond coule comme un ruisseau. Il dévale, on lit vite son livre qui court, passionné, incisif. Que retient-on ?

Livres
dans-la-danse

Les éditions Vagamundo réussissent régulièrement ce tour de force d’ainsi convoquer dans des livres des récits de vie. Peut-être fera-t-on dans quelques...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité