Publicité
Films

Prometheus de Ridley Scott

2012, réalisé par Ridley Scott - Etats-Unis. Avec Charlize Theron, Michael Fassbender, Noomi Rapace, Guy Pearce, Idris Elba. Note : 2/5HermineHermine
prometheus-de-ridley-scott

Hanté par sa propre créature, Ridley Scott revient avec Prometheus à la genèse d’ Alien,  saga à laquelle il donnait naissance en 1979. En révélant la provenance de la bête, il nous livre une réflexion métaphysique et indigeste sur l'origine de l’humanité.

Débutant par une suite de paysages épatante qui justifie, une fois n’est pas coutume, l’existence de la 3D, Prometheus s'annonce comme une expérience visuelle intense. L’expédition vers la planète sensée avoir abrité les créateurs de l’humanité donne en effet lieu à d’impressionnantes images, comme lors de la tempête, moment de grand spectacle bienvenu dans un film parfois trop réflexif. Si les scènes incontournables de créatures répugnantes sont bien au rendez-vous, on regrette  l’insistance du réalisateur sur la portée philosophique de son film. Ce que le scénario et l’image seuls parvenaient à transmettre dans Blade Runner  fait ici l’objet de discussions stériles entre les personnages, sur le rapport du père au fils, du créateur à la créature, de Dieu à ses disciples, de la mère à l’enfant… On aurait aimé que le Ridley Scott laisse un peu plus de place à l’interprétation. A l’inverse, certains aspects de l’histoire , notamment les étapes de la transformation de la maladie en animal et ses effets sur l’homme, mériteraient d’être clarifiés, espérons qu'on le découvrira dans la version longue à sortir en dvd.


Prometheus reste un film de grand divertissement où l’invasion du corps par de multiples versions de l’horreur donne lieu à des scènes très réussies. Les fans nostalgiques d’Alien y trouveront quantité de références au premier volet de la saga, à  l'ambiance moite et angoissante. Servi par un casting impressionnant, Prometheus ne parvient cependant pas à émouvoir. L’excellent Idris Elba que l’on a pu voir dans les séries The Wire et Luther, ne trouve pas ici un rôle à sa mesure. Son personnage de capitaine brille surtout par l’inutilité de ses interventions. Quant au génial Michael Fassbender, il incarne un robot humanoïde dont les états d’âme limpides paraissent pourtant cornéliens à côté de ceux des humains. Techniciens, chercheurs, tous ces personnages fades s’enlisent dans leur embarras métaphysique, tandis que le spectateur attend impatiemment la fin des dialogues.


Charlotte Fichou
publié le 15-06-2012

Bande Annonce Prometheus

comments powered by Disqus
Films
les-survivants

Dans un monde post-apocalyptique, Ann, une femme pensant être la seule survivante rencontre un scientifique. Entre eux s’établit une relation fragile qui va être remise en question par...

Films
howard-the-duck

Howard, un canard humanoïde menant une vie paisible sur sa planète, est accidentellement catapulté sur Terre. Un peu déboussolé, il est recueilli par Beverly, une musicienne en...

Films
godzilla

Inutile de cacher que  l'on n'attendait pas grand chose de ce Godzilla 2014. D'où l'agréable surprise que représente le film de Gareth Edwards qui, suite à l'intimiste et...

Films
under-the-skin

Les quinze premières minutes de ce film font plus ou moins illusion. Scarlett en brune, c’est une bonne idée après tout. Et au volant de son camion, elle assure ! La voilà...

Films
divergente

Les adaptations littéraires sont en vogue, après une saga achevée comme Twilight et une autre en cours comme Hunger Games, Divergente est une nouvelle autre saga «américaine...

Films
hunger-games

Cette fable futuriste s’approche d'abord du meilleur, façon Big brother. Avant, en seconde partie, de décevoir en lorgnant du côté des jeux vidéos.

Films
chronicle

 
Cela démarre comme un film adolescent en caméra embarquée. Le procédé, peu confortable, trouve vite ses limites dans les premières vingt minutes,...

Films
time-out

On retrouve dans Time Out l’appétit du réalisateur et scénariste Andrew Niccol pour les mondes avares en espoir. Comme dans « Bienvenue à Gattaca », ou dans...

Films
contagion

Au cinéma, le virus est un des meilleurs amis des scénaristes et des producteurs. Comment imaginer en effet quelque chose d’aussi dangereux et d’autant invisible ? Ainsi, une si...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité