Publicité
Disques

Pixies : “Head Carrier”

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
PIAS Note : 5/5HermineHermineHermineHermineHermine
pixies-head-carrier-

L'un des plus grands groupes de rock de ces trente dernières années signe, avec Head Carrier, un chef d’œuvre indiscutable qui laisse augurer, à Black Francis et sa bande, un avenir des plus radieux.

Come on Pilgrim, Surfer Rosa, Doolitle, Bossanova, Trompe Le Monde...en cinq disques, sortis entre 1987 et 1991, les Pixies ont imposé leur son et leur univers et ont marqué de leur empreinte, et de manière indélébile, l'Histoire du rock. De retour sur le devant de la scène depuis une dizaine d'années, le quartet de Boston avait sorti, en 2013 Indie Cindy son sixième album studio dont l'enregistrement avait été contrarié par le départ de la bassiste, Kim Deal. La critique avait réservé un accueil mitigé à ce disque de transition qui, pourtant regorgeait de perles et pépites tel Bagboy et certains esprits médisants étaient même prêts à enterrer le groupe. Et la meilleure réponse que pouvait apporter le combo aux sceptiques et autres grincheux est sans aucun doute ce Head Carrier, album prodigieux qui s'impose en effet quasi instantanément comme un  futur classique. Plus inspirés que jamais, les Pixies n’ont rien perdu de leur génie et nous offrent un  titre d'ouverture fougueux et puissant avant d'enchainer sur Classic Masher porté par les riffs surf de Joey Santiago et Baal's Back, morceau aux résonnances heavy traversé par les hurlements hystériques de Black Francis. Et que dire de Tenement Song, ballade ensorcelante ou encore d’Oona, titre à la fois rageur et mélodique qui évoque les grandes heures de la formation. Les textes sont, eux aussi, à la hauteur et cheminent entre Saint Denis (le premier évêque de Paris), les amours déchus, Dieu et les pensées ésotériques. Le groupe se permet même de regarder son passé avec All I Think About Now, somptueuse chanson rendant hommage à Kim Deal et reposant sur la voix claire et sensible de Paz Lenchantin, qui a officiellement rejoint Black Francis, David Lovering et Joey Santiago pour devenir la nouvelle figure féminine des Pixies. Du grand Art !


Erwan Bargain
publié le 17-10-2016

comments powered by Disqus
Disques
maman-kusters-sous-la-peau-de-

On touche ici une certaine écume de la nuit. Une élégance à la Seiz Breur, qui mêle les années 30 et les années 80, sans plagiat et avec audace.

Disques
the-craftmen-club-colores-

Après quatre ans de silence discographique, The Craftmen Club est de retour avec un nouvel album studio qui démontre que les quartet costarmoricain est en évolution perpétuelle.

Disques
gad-zukes-fight-the-silence-

Ils sont cinq, viennent de Dinan en passant par l’Angleterre et débordent d’énergie. Leur premier EP est une vraie réussite, entre coup de cœur magistral et un avenir...

Disques
follow-me-not-if-the-sky-remains-

Le début des années ont le cuir qui résiste au temps. Follow Me Not les fait revivre avec la précision de ceux qui ne veulent pas confondre post punk et Cold Wave.

Disques
konrad-fight-konrad-fight-

Konrad Fight… Depuis Marquis de Sade, ça sonne bien. L’EP des breton reste...

Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Disques
celtic-social-club-a-new-kind-of-freedom-

C’est étrange, cette impression que The Celtic Social Club existe depuis toujours. Et pourtant, cela fait seulement 3 ans qu’ils arpentent les scènes du monde entier, à commencer...

Disques
les-ramoneurs-de-menhirs-breizh-anok-

Entre gavotte et pogo, les Ramoneurs de Menhirs n’ont pas choisi. Ils n’ont donc pas renoncé. « Breizh Anok » en apporte une preuve punk et sonnante.

Disques
tagada-jones-la-peste-et-le-cholera-

Tagada Jones, dernier des mohicans ? Une fois de plus, leur punk rock défouraille à tout va et chaque élection nous prouve qu’ils ont encore de belles années devant eux.

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité