Publicité
L'invité

Philippe Geluck : « Etre belge relève à la fois de l’esprit français et de l’humour anglais »

Philippe Geluck :
http://www.geluck.com/

Je suis en avance et en profite pour relire mes notes. On m’avait demandé d’être à 16h00 au Rostand, place Edmond Rostand, en face le jardin du Luxembourg : « Philippe Geluck vous y attendra. » Tout de noir vêtu, le Papa du Chat pousse la porte à l’heure exacte. Affable et bienveillant, il me tend la main avec courtoisie. Nous sommes là pour évoquer les dernières aventures de son rejeton, présentées en deux tomes « à l’italienne » dans un coffret accompagné d’un hors-série de la Gazette du Chat. Entre le doute du créateur et son œuvre péremptoire, j’ai une heure pour obtenir les réponses dont, je l’espère, mes questions n’auront pas à rougir.

Jérôme Enez-Vriad : Comment faites-vous pour vous renouveler sans cesse, Philippe Geluck ?
Philippe Gluck : Pour être honnête, je n’en sais rien. Je fais de mon mieux entre travail et inspiration. L’un et l’autre se nourrissent mutuellement. L’inspiration est quelque chose de fragile, une sorte de petit miracle dont on ne sait d’où il vient, mais qui n’est rien sans le travail qui à son tour tient de la maitrise de l’inspiration, et inversement. C’est en quelque sorte un mouvement perpétuel, une énergie à entretenir. 


Certains de vos dessins sont très engagés, y a-t-il une volonté de message ?
PG : Rien n’est gratuit. Même si l’analyse se fait après, il est évident qu’elle est en moi en amont du travail. Ensuite, chacun y voit ce qu’il souhaite. Une fois publié, le dessin appartient au lecteur qui en fait l’analyse en fonction de sa propre histoire, de son vécu et des ses obédiences.


Le Chat permet-il d’en dire plus que vous ne le feriez en votre propre nom ?
PG : La distance qu’il pose entre le lecteur et moi prête en effet à repousser les limites, je m’y applique quotidiennement. Le Chat, on lui pardonne tout, y compris ses positions outrancières, en tout cas mieux qu’on ne me les pardonnerait si j’en tenais directement le propos. Mais s’il m’arrive de m’autocensurer, en privé je m’autorise bien davantage. (Large sourire) 


Votre esprit et votre culture vous permettent d’allez très loin dans la provocation. Je pense, entre autre, au diptyque sur l’Origine du monde qui présente la toile de Courbet en prolongation d’une femme portant la burqa…
PG : Nous sommes tous nés du sexe d’une femme. En ce sens, il faut aider les intégristes à ouvrir les yeux 


Hormis l’actualité, quelles sont vos inspirations ?
PG : Tout est matière à inspiration. L’art, l’amour, un geste, une parole, la politique, Manuel Valls, un papillon… Tout.


Manuel Valls et un papillon ?
PG : A condition que ce soit un éphémère.


Mais un éphémère, n’est-ce pas une libellule ?
PG : Encore mieux !

Vous traitez beaucoup de la société française. Que reste-t-il de belge en vous ?
PG : Vous me prêtiez à l’instant une culture accoudée à de l’esprit, davantage qu’à de l’humour. Venant d’un français, c’est un fort joli compliment et je vous en remercie. L’esprit est une vivacité piquante typiquement française, alors que l’humour est davantage anglais. La Belgique est un accident de l’histoire, sorte de tampon politique entre la France et l’Angleterre. Etre belge relève à la fois de l’esprit français et de l’humour anglais. Voilà ce qu’il y a de belge en moi qui puisse s’attacher directement à mon travail, outre de vivre à Bruxelles.


Pour rester sur l’esprit du Grand Siècle français, les aventures du Chat s’approchent parfois de la « déjante philosophique ». Accepteriez-vous de donner un de vos dessins comme sujet du bac philo ?
PG : Excellente idée, d’autant que certains sujets du bac sont largement en dessous de mon travail ! (Sourire) Plus sérieusement, on a déjà fait des mémoires et des thèses universitaires sur Le Chat.


En êtes-vous fier(s) ?
PG : Le chat oui, immensément. Moi, heureux et satisfait.


Depuis quelques temps, la Belgique est en passe à des difficultés gouvernementales. Les revendications régionales, comme le droit à l’autonomie et à l’usage d’une langue, ont-elles un sens à l’heure européenne ?
PG : Pourquoi multiplier les gouvernements ? Certes, ça crée des emplois mais ça coute cher. Au delà des langues et des cultures à respecter, ne sommes-nous pas plus forts unis que désunis ?


Il existe une traduction bretonne du Chat : Ar c’hazh breizh. Savez-vous ce que cela veut dire ?
PG : Cela veut dire : Le Chat en breton, tout simplement. Il s’agit d’une édition remaniée de l’album Le Chat est content. Vous savez, j’apprécie beaucoup les Bretons, davantage que la Bretagne que je connais peu. Malgré une certaine distance, ce sont des gens disponibles et d’une gentillesse suffisamment rare et désintéressée pour être soulignée.


Le mariage homosexuel et la GPA sont autorisés depuis longtemps en Belgique. Le Chat cautionne-t-il La manif pour tous ?
PG : Ce rassemblement est avant tout La manif contre certains. Que chacun aime qui il veut, comme il veut, sorte couvert et dévoilé.


Vous exposez jusqu’au 29 novembre à Paris, Gallery Huberty-Breyne. Que peut-on y voir ?
PG : Quelques originaux du Chat, certains sont inédits, mais pas de planches en enfilade sur les murs. Je ne vois pas l’intérêt de proposer à la verticale ce qu’on peut lire à l’horizontal confortablement dans son salon. En revanche, il y aura des toiles inconnues du grand public, des grands formats exclusifs, plusieurs sculptures et objets détournés, mais aussi des œuvres aux sols et des travaux numériques.


Ces expositions sont-elles une manière de découvrir Philippe Geluck sans Le Chat ?µ
PG : C’est une manière de me découvrir malgré Le Chat.


Accepteriez-vous de dédier le dernier dessin du coffret, celui nommé La der, à Brigitte Bardot pour ses 80 ans ?
PG : Avec plaisir. Même si certaines de ses positions sont plus proches de vilain aboiement que du gentil miaulement, son travail pour la cause animal est formidable et indispensable. Donc oui : Joyeux anniversaire Brigitte Bardot.


A vous voir habillé tout en noir, on se demande quelle est votre couleur préférée ?
PG : La couleur des yeux de ma femme.


Si Le Chat avait le dernier mot ?
PG : Il serait suivit d’un point d’exclamation.


Et si vous, Philippe Geluck, aviez ce dernier mot ?
PG : Il serait suivi d’un point d’interrogation.


Propos recueillis par Jérôme Enez-Vriad
publié le 16-10-2014

comments powered by Disqus
L'invité
richard-dumas-l-age-d-or-c-est-toujours-quand-les-choses-debutent-

Keith Richards caché derrière la fumée de sa cigarette, Clint Eastwood les sourcils froncés et l’œil ailleurs, Michel Houellebecq, l’air naïf et enfantin, Chet...

L'invité
bertrand-burgalat-nous-embeter-avec-la-transition-energetique-et-mettre-en-place-les-autocars-macron-c-est-terrifiant-

Fils de Préfet du Morbihan, Bertrand Burgalat aurait pu mal tourner et faire de la politique. Pire : il fait de la musique et sort cette année son neuvième album « Les choses...

L'invité
sylvie-vartan-je-suis-une-diaspora-bulgare-toujours-entre-deux-avions

Sylvie Vartan est une icône de la chanson populaire. Une icône au look copié par toutes les jeunes filles des années soixante. Une icône qui perdure. Bretagne Actuelle l'a...

L'invité
jean-francois-davy-je-suis-pire-que-mocky-

Jean-François Davy est un réalisateur iconoclaste, sorte de trublion du grand écran à qui l’on doit des succès atypiques, dont Exhibition en 1975, et ses trois...

L'invité
jean-claude-dreyfus-seule-la-maladie-et-la-souffrance-sont-graves-le-reste-on-s-en-accommode

Jean-Claude Dreyfus est l’un des acteurs les plus populaires de sa génération. De Jean Yanne à Eric Rohmer, en passant par Boisset, Blier, Corneau, Lelouch, Mocky et tant...

L'invité
pascale-le-berre-si-tu-pouvais-encore-baisser-cette-caisse-claire-

C’est à Pascale Le Berre que l’on doit les rééditions des quatre albums de Marc Seberg et de l’opus Philippe Pascale. Loin de toute nostalgie, la musicienne nous explique...

L'invité
dominic-sonic-le-breton-sent-bon-l-algue-verte-et-ne-vote-pas-a-droite-

Né en 1964 à Dinan, Dominic Sonic est un « enfant » du punk. Avec le groupe Kalashnikov, il devient une figure du rock à Rennes quand il débute à 16 ans,...

L'invité
romain-pasquier-hamon-a-un-nom-d-origine-bretonne-mais-son-referentiel-politique-est-celui-d-un-apparatchik-socialiste-

Le thème de la régionalisation est absent des débats de la campagne présidentielle. Pourquoi ce silence ? Quelle sont les positions des deux candidats présents au second...

L'invité
da-silva-ce-n-est-pas-demain-que-je-vais-faire-de-la-musique-festive-

Installé à Rennes depuis une quinzaine d’années, Da Silva sort son 6ealbum, L’Aventure. Il y explore encore ses thèmes fétiches avec des mélodies...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Un Tour en Noir et Blanc

Hervé Devallan


Le Tour de France cycliste est un cas d’école. Même France TV ne peut échapper au phénomène qui se répète saison après saison : on voit des Gwenn ha Du partout ! 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité