Publicité
Films

Paradise lost

D’Andréa di Stefano, avec Benicio del Toro, Josh Hutcherson, Claudia Traisac Note : 3/5HermineHermineHermine
paradise-lost

Une plage de sable fin, des surfeurs, un regard de braise... et la vie bascule.

Paradise Lost s’intéresse à Pablo Escobar quelques mois avant qu'il ne se rende à la police colombienne, en 1991. Baron tout puissant de la cocaïne, milliardaire colombien qui fit frémir la Maison Blanche, Pablo Escobar a le profil type du chef mafieux, mari parfait, père de famille disponible et aimant, bienfaiteur des plus pauvres et ignoble meurtrier pour tous ceux qui ont eu le malheur d'encombrer sa route. 
Nick, un jeune surfeur canadien en quête de plages paradisiaques, n'avait à priori aucune chance de se retrouver sur son chemin. Mais, il rencontre Maria, la nièce chérie de Pablo Escobar et tous deux tombent très amoureux. Son sort en est scellé. 

Le portrait d’Escobar, joué sans relief par Benicio del Toro, acteur latino à tout faire qui fut le Che pour Steven Soderbergh avec le même enthousiasme - est pourtant la partie la plus réussie de ce biopic déguisé en thriller. Homme chaleureux, adulé par sa famille de sang et toute une partie de la population colombienne, détesté par ceux qui savent de quoi il est capable, Pablo Escobar est un personnage à double personnalité passionnant, qui fut homme politique avant de devenir mafieux. Quand on l’approche ici, il est déjà devenu un sanguinaire trafiquant en tout genre.


L’artifice du candide gringo éperdument amoureux qui décrypte le système est abusif. Il semble passer là par hasard. Alors que la Colombie est à feu et à sang, on comprend mal son intention d’y monter une école de surf : qui aurait l’idée saugrenue de venir y prendre des cours ? Ensuite, dans sa rencontre amoureuse comme dans sa manipulation par Escobar, il fait preuve d’une naïveté désarmante. Nick ne dit jamais non et ne se méfie pas alors mêmes que les têtes ne cessent de tomber autour de lui. Et que dire de Maria, sinon qu’elle est d’une crédulité à toute épreuve ?  


Un biopic haut en couleur et très bien documenté aurait été une excellente idée, car le personnage Escobar a tant de facettes qui le mériterait amplement. Ici, le scénario inspiré d’une réalité lointaine est trop manichéen, trop gentil, surtout dans la première partie, pour fonctionner. Mais, reconnaissons au réalisateur, l’acteur italien Andrea di Stefano, dont c’est le premier long métrage, une réelle ambition tant dans la manière de construire son récit que dans son filmage… et les mêmes défauts que ceux d’un film américain médiocre : un casting et un jeu d’acteurs mous, une musique assourdissante, des personnages trop rapidement bâtis… 


Véronique Le Bris
Ciné Woman 


publié le 07-11-2014

comments powered by Disqus
Films
instinct-de-survie

Partie surfer sur une plage isolée, au Mexique, une jeune femme est attaquée par un grand requin blanc. Elle engage alors, avec le squale, une terrible lutte pour rester en vie…

Films
insidious-chapter-3

USA/Canada, 2015. R. et Sc. : Leigh Whannell ; Avec: Line Shaye (Elise Rainier), Dermot Mulroney (Sean Brenner), Stefanie Scott (Quinn Brenner), Leigh Whannell (Specs). Distribution: Sony. Disponible en...

Films
the-ryan-initiative-de-kenneth-branagh

Casting solide, belles gueules et acteurs souvent  convaincants. Metteur en scène autrefois très coté. Intrigue révisée pour coller à l’air du temps mais...

Films
-killer-joe-de-william-friedkin

A l’heure où l’Amérique entière admire les familles glamour des deux candidats à la Maison Blanche, le dernier film de William Friedkin offre un remède...

Films
margin-call-brillante-improvisation-sur-les-chiffres

L’auteur et metteur en scène de  cet excellent film, J.C. Chandor, réussit le tour de force de nous laisser entrevoir l’ineptie du « monde financier » sans...

Films
securite-rapprochee

Les séries B dopées à l’adrénaline, aussi fan que l’on puisse en être parfois, se cognent souvent aux mêmes limites. Ici on a donc droit au scénario...

Films
la-taupe

Il est peu de dire que ce film déroute durant les vingt premières minutes. On s’interroge devant une pièce de théâtre moderne, avec des gros plans sur des gueules «...

Films
killing-fields

Voila une série B qui se laisserait voir aisément si elle ne se montrait aussi prétentieuse par moments et lente parfois. Ce Texas-là semblait bien pourtant valoir le détour,...

Films
polisse

Polisse est un film rafraîchissant. Pas seulement parce qu’il part d’un bon principe (inscrire le scénario dans le réel) et se nourrit aux bons sentiments, on sait que cela ne...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité