Publicité
Lifestyle

Luis Gutiérrez : « Mon fils goûte à mes plats depuis qu’il a sept mois »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
luis-gutierrez-mon-fils-goute-a-mes-plats-depuis-qu-il-a-sept-mois- Plus de quinze ans sont passés et le petit marmiton est enfin devenu Américain. Mais le précieux sésame n'a rien changé à son quotidien. Et à sa grande joie, il observe son petit dernier lui emboîter le pas. Photo : Light Click Photo, New York




Ce super doué de la cuisine est avant tout un père aimant. Son petit dernier représente, avec ses deux filles, son seul héritage. Mais avant que le petit Steven n'apprenne à faire ses premiers pas, ici, sur une plage près de New York, avec son papa, il goûtait déjà à des plats. Photo : DR


Quel plus beau lien affectif que celui de transmettre par la nourriture. Ce petit garçon l'a bien compris emboîtant les pas de son père, assurant ainsi la continuité avec sa grand-mère. Curieux de tout et très observateur, Steven aime tout et goûte à tout chaque soir que son père rentre. Photo : DR


Aussi belles dans la poêle que dans l'assiette, les noix de Saint-Jacques, très recherchées en gastronomie, sont ici passées au beurre avant de se laisser accompagner de multiples façon dans les cuisines de Cognac. Photo : Light Click Photo, New York.


Sans doute l'une des confections préférées du cuisinier en chef, un branzino, l'équivalent du bar ou du loup de mer en Europe, poêlé aux herbes et posé sur un lit d'asperges et de haricots jaunes et verts, le tout préparé avec une sauce de tomates rôties. Photo : Light Click Photo, New York.


Malgré d'intenses cadences de travail, la passion passe avant tout. Le chef court tous les jours entre ses deux cuisines, ce qui ne l'empêche pas de vanter les douceurs de Cognac ici sur un immense marché en juillet 2016 dans les avenues de New York. Photo : DR


Dans la cuisine de Cognac-Est, l'espace s'organise au millimètre y compris sur les stations où sont disposées ici de jolies îles flottantes avec leurs choux et macarons de Pâques. Organisation et propreté sont les règles d'or dans les deux restaurants. Photo : DR


La gentille coquette tartelette aux fraises fait partie des classiques dont les Américains très


Aussi doué dans la partie salée que sucrée, le fameux cuisinier a fait installer une petite station où il fait flamber des crêpes à l'orange devant les clients de Cognac-Ouest. Les clients adorent. Photo : DR

Bon sang ne saurait mentir. Ce petit bout d’chou comble de bonheur ses parents mais pas seulement. A l’âge de sept mois, le nouveau-né découvre les mets de son papa et se prend vite au jeu. Le jeune enfant note même les plats qu'il déguste sans réserve. Devant l’ampleur de sa nouvelle mission, le chef exécutif se régale à son tour, à l'instar de sa mère, de transmettre sa passion.

- Portrait 6/7 - 


Les contrôles sanitaires très stricts à New York génèrent des notes attribuées sous forme de lettres majuscules aux établissements culinaires qui foisonnant. Gare à celui qui perd son majestueux « A » bleu marine placardé au fronton du pas-de-porte bien en vue des passants. Après un passage en court, son propriétaire devra s’acquitter d’une amende parfois salée auprès de la ville de New York tout en craignant de voir les clients passer leur chemin devant un « B » et pire, un improbable « C » signe d’une fermeture annoncée.


Le super chef tient à ce précieux sésame comme à la prunelle de ses yeux. Il devra donc jouer coup double. Le démarrage n’est pas facile mais Luis Gutiérrez, très propre et soigné dans ses cuisines mise encore une fois sur le dialogue et la pédagogie.


L’hygiène, une règle de vie


Les minuscules locaux de Cognac-Est ont développé son goût de l’ordre, du rangement et de l’organisation des espaces. Le moindre petit recoin est mis à profit pour caser des batteries de casseroles, des sets entiers d’ustensiles, des plats, des gamelles ou encore des gallons d’huile d’olive, de vinaigre blanc ou balsamique. Comme dans les entrepôts de l’armée, tout se calcule au millimètre. Rien ne repose au sol, sinon sanction. Les étagères courent donc jusqu’au plafond.


« Tu fais en sorte que le réfrigérateur sous la machine à café soit toujours nickel », s’adresse-t-il un jour à l’un de ses coéquipiers toute ouïe à Cognac-Est. Tu retires tous les packs de lait et tu nettoies jusqu’au fond sans oublier les portes et leurs joints. » Le ton est doux mais ferme. Plus qu’une consigne stricte de travail, l’hygiène est une règle de vie dans les cuisines du chef Gutiérrez. En témoignent les « A » remis après chaque inspection.


La mayonnaise commence à prendre


Il lui faut utiliser le même langage à quelques encablures de là. Plutôt secret sur ses propres interrogations, Luis n’en demeure pas moins soucieux de faire exister de bonnes relations sous ses hottes. « On ne peut pas plaire à tout le monde mais je crains de ne pas être apprécié par la nouvelle équipe », s’inquiète-t-il un jour lors d’un énième retour sur les chapeaux de roues dans les cuisines qui l’ont vu devenir chef.


Mais chemin faisant, cette immuable patience toujours l’accompagnant, la mayonnaise se met à prendre.


Après plusieurs mois ultra éprouvants, le jeune chef exécutif voit comme poindre une petite lueur au fond du tunnel. Nous sommes en mai 2016.


« Il n’arrête jamais »


Le stress, l’accumulation, le seul jour de repos souvent remis aux calendes grecques transforment peu à peu le chef exécutif en courant d’air. « C’est bien simple, on ne le voit plus. Il court de partout. Il n’arrête jamais », sourit son beau-fils Kevin lui-même dévalant les escaliers du restaurant où il vient prêter main forte le dimanche après sa semaine de lycée.


« Je décolle très tôt le matin et je rentre tard le soir avant de repartir le lendemain aux mêmes heures », confirme son beau-père épuisé mais heureux un petit sac de croissants à la main ramenés à sa brigade de Lexington.


Son fils, son sauveur, sa respiration 


C’est sans compter sur ce petit garçon, son sauveur, sa respiration, qui attend de pied ferme tous les soirs son papa à la maison. Ce bébé dont il est fou vient de souffler sa première bougie et prend déjà de bien étonnantes habitudes. « Les chefs de cuisine ont la possibilité de repartir chaque jour chez eux avec des produits déjà préparés. J’ai donc commencé à faire découvrir quelques aliments à mon fils dès ses sept mois », raconte Luis des étoiles pleins les yeux.


« Il teste tout et aime tout »


Le nourrisson se met à prendre sérieusement goût à l’affaire et ce qui est un simple jeu au départ devient vite un petit rituel incontournable. « Il teste tout et aime tout, s’esclaffe, comblé, son papa. Dès que j’ouvre la porte, je sais qu’il est dans la cuisine à m’attendre. Et si je ne vais pas assez vite, il me réclame ce que j’ai ramené. » « Avant même qu’il ne commençait à parler, il ouvrait la bouche comme un oiseau et faisait ses commentaires à sa façon », plaisante encore son père.


"Trop chaud, trop salé, trop épicé"


Développant peu à peu son palais, le tout-petit affiche déjà un attrait certain pour les crevettes, le saumon et les fameuses « French fries ». « Il exprime ses critiques quand il trouve qu’un plat est, selon lui, trop salé, trop chaud ou trop épicé », ajoute le chef épaté.


Quand la transmission traverse les âges…C’est à Luis que revient aujourd’hui ce privilège lui à qui sa chère mère a tant apporté et qui sait, peut-être, alors qu’il était tout juste né.


Prières à Notre-Dame de Guadalupe sur Facebook


Dans ce pays qui lui a permis de réaliser son rêve, l’enfant de Mexico s’en remet souvent à la bienveillante Notre-Dame de Guadalupe, nom donné à la Vierge Marie lors de son apparition à un indigène du Mexique en 1531.


C’est elle qui l’a accompagné durant sa traversée, elle encore qui lui a permis de rester en vie. C’est elle qu’il a prié et remercié au moment de se marier, et de voir naître son petit dernier. C’est sur Facebook dans un blog qui lui est consacré qu’il demande aussi de protéger ses deux filles, sa mère et le reste de sa famille. Il n’y a pas de mauvais endroit pour prier surtout quand on n’a pas le temps.


Ce jour où il devient Américain


Dans sa veste blanche ourlée de vert et son tablier noir, le jeune chef exécutif remonte parfois de sa cuisine pour prendre l’air quand le temps le permet. Quelques exercices d’étirement de ses doigts dont les muscles se rétractent à force de travailler avant une courte pose assis sur un bloc en ciment posé sur le trottoir. Le fils de Maria est songeur. Il attend. Son regard brun un tantinet distrait par son portable fixe l’horizon. L’air abattu, il esquisse un léger sourire, ce genre de petit sourire qui renvoie à sa propre solitude et à ses chagrins, ceux-là même qui resteront toujours confinés au fond de soi. La Vierge des sud-Américains entendra-t-elle encore une fois l’enfant du pays ?


Ce pays dans lequel il ne chercherait pas spécialement à retourner s’il n’y avait pas sa mère qu’il voudrait tant revoir. Son fils venu au monde, sa femme qu’il aime, son travail, sa vie ici à New York ont presque fait de lui aujourd’hui un Américain. « Le Mexique est devenu très dangereux », se résigne-t-il à constater.


Message reçu jusqu’à ce jour qui devait ressembler à un autre. Ce jour où sans qu’il n’espère rien de plus que la veille ou du lendemain, un arc-en-ciel se dessine sans s’annoncer au milieu des nuages gris de cette fin d’hiver.


« Je n’ai rien dit à ma mère »


Après plusieurs années de démarches, d’attente, de doigts croisés, de doute parfois, d’espoir toujours, l’annonce tombe net au milieu d’une de ces journées pleines à ras bord, telle une fusée atterrit au milieu du jardin. Luis est devenu Américain. « Je n’ai rien dit à ma mère, s’empresse-t-il de déclarer en réaction à l’immense bonne nouvelle. Je veux lui faire la surprise. » Heureux ? Extrêmement soulagé de ce poids qu’il vient d’extraire de sa poitrine pour lui et pour les siens.


« Tout devient amour »


Mais l’heure n’est pas encore au voyage et Luis a tant à faire dans son habit de chef. C’est remonté à bloc qu’il se replonge dans ses menus. Les clients devant lesquels il apparaît toujours un peu timide ou réservé quand ils le réclament à leur table alors qu’ils adorent découvrir ses nouveautés. Pour ces inconditionnels de la cuisine française, il a ces quelques mots qui en disent long sur sa volonté de toujours les satisfaire. « J’aime voir les gens heureux », indique-t-il.


Ne dit-on pas que la cuisine est le partage du cœur alimenté d’un peu de générosité disposée dans une assiette, le tout arrosé d’un bon vin. « Quand cuisiner est une passion, tout devient amour », s’enflamme le chef Gutiérrez sur sa page Facebook en postant fébrilement des kilomètres de photos de ses confections.


C’est officiel, le langage culinaire est universel.


New York,
Marie Le Blé


Lire la suite de l’histoire de Luis Gutiérrez en cliquant sur le lien ci-dessous :
Un festival de saveurs au service des plus grands 


Brasserie Cognac-West, 1740 Broadway,
New York, NY 10019. Tél. (212) 757-3600

Cognac-East, 963 Lexington Ave,
New York, NY 10021. Tél. (212) 249-5100



publié le 05-09-2017 - mis à jour le 24-09-2017

comments powered by Disqus
Lifestyle
le-repas-des-bretons-avant-le-marathon-de-new-york

Les Bretons compteront dimanche parmi les 50.000 valeureux participants au 47emarathon de New York. Pour réchauffer les corps et les cœurs, un dîner-rencontre les attend vendredi soir chez un...

Lifestyle
luis-gutierrez-je-dirai-a-ma-mere-que-je-l-aime-

Le nouveau chef exécutif de Cognac met son talent au service des plus grands. Parmi ses clients de marque, l’une des toques les plus célèbres au monde, Eric Ripert, du restaurant new...

Lifestyle
luis-gutierrez-chef-executif-a-la-tete-de-deux-restaurants

Pour une ascension, elle est de taille. En l’espace d’un an, Luis Gutiérrez a gagné le grade de chef exécutif prenant les commandes des cuisines des deux restaurants Cognac...

Lifestyle
luis-gutierrez-un-chef-amoureux-de-la-cuisine-francaise

Qui sait, c’est peut-être un coup de foudre qui aura fait de Luis Gutiérrez un chef. Découvrant les richesses de la cuisine française, le fils de Maria y voit un champ...

Lifestyle
luis-gutierrez-je-suis-ne-dans-un-milieu-tres-pauvre-

C'est pendant son sommeil qu'il lui arrive de composer ses menus mais il y a peu de chance que vous entendiez ce super doué de la cuisine s’en vanter le lendemain. Bien qu’aujourd’hui...

Lifestyle
luis-gutierrez-l-enfant-de-mexico-qui-revait-de-devenir-cuisinier-

Parti de rien, il a fui la violence de son pays, le Mexique, seul, à treize ans pour réaliser son rêve, être cuisinier. De simple marmiton, Luis Gutiérrez est devenu l’un...

Lifestyle
luis-gutierrez-de-la-violence-de-mexico-aux-grandes-cuisines-de-new-york

En quittant sa mère à laquelle il tient par-dessus tout ainsi que le reste de sa famille, le jeune Luis veut accomplir son rêve et marcher dans les pas de celle qui lui a tout appris. Mais...

Lifestyle
auray-anthony-jehanno-un-jeune-chef-etoile

A 35 ans, aussi déterminé que sa cuisine est sensible, le chef Anthony Jehanno du restaurant Terre-Mer qu’il a ouvert il y a 7 ans, vient de franchir une étape essentielle en...

Lifestyle
emmanuel-tessier-capitaine-de-cuisine-corsaire

Formé à Cancale par Olivier Roellinger l’ex-grand chef triplement étoilé, Emmanuel Tessier  transmet toute l’année depuis plus d’une décennie...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité