Publicité
Scène & arts

Les Vieilles Charrues à Central Park : check !

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
les-vieilles-charrues-a-central-park-check- M. a été plus que bien accueilli par le public breton et américain au Summer Stage. La Bretagne aime l’habitué des Vieilles Charrues et il le lui rend bien.




Une partie de l’équipe des organisateurs parmi lesquels Jérôme Tréhorel, directeur général des Vieilles Charrues, Jean-Luc Martin, son président et entre les deux, Laurent Corbel, co-président de BZH New York, au côté de Simon Herfray, autre co-président (t-shirt gris).


Jérôme Tréhorel accueille chaleureusement M. son fidèle ami du festival à moins de deux heures de son concert. Une belle amitié est née entre le directeur général du festival et Matthieu Chedid.


Entre les selfies, la pose avec le pain de sucre sur la tête, les petits et les grands drapeaux qu’on a ressortis pour le grand jour, l’ambiance est à la fête au plein cœur de Central Park.


Le pari était osé. Quelques Bretons de New York et les équipes de Carhaix l’ont relevé. Ce premier week-end d’octobre 2016, les Gwenn ha du ont flotté dans le jardin des New-yorkais et quelque 4000 personnes ont pu souffler les bougies du festival breton au rythme des Celtic Social Club et de M. Reportage. 

Exténués mais tellement contents. L’arrivée du courant à 16 h 10 au stand des billigs alors que le public déjà nombreux commence à s’engouffrer dans l’enceinte du Summer Stage déclenche, en soirée, une crise de fous rires. « Imaginez si on n’avait pas pu faire de crêpes. Les gens étaient aussi venus pour ça, entonnent à peine soulagés, Simon Herfray et Bernard Le Bris, deux des organisateurs de BZH New York. Un petit détail vite noyé dans le déluge de bonheur qui a déferlé sur Central Park livrant la scène si prisée des New Yorkais l’été à tous les Bretons d’un jour.


Les vingt-cinq ans des Vieilles Charrues célébrés à New York, pour de vrai… « Quand on y repense, c’était une idée débile, un projet fou,  rappelle, écrasé de fatigue mais les yeux  pétillants d’émotion, Laurent Corbel. Devant la nuée de petits drapeaux gwenn ha du, le co-président des Bretons de New York et sa bande de copains se demandent bien s’ils ne sont pas en train de rêver. A deux pas mémorial de John Lennon au plein cœur du gigantesque poumon vert de la Grande Pomme, l’idée jetée sur la table, il y a un an, par les deux têtes de pont des Vieilles Charrues, Jérôme Tréhorel et Jean-Luc Martin, est pourtant bien devenu réalité. « Le travail a été colossal », résume d’un trait Véronique Gautier, également co-présidente de l’association.


Des mois d’incessants efforts pour un résultat enchanteur. A commencer sur scène. L’hymne breton façon opéra en guise de coup d’envoi, il fallait au moins ça, suivi du Celtic Social Club en mode écossais pour réchauffer les cœurs, rien de tel pour démarrer. Le public bon enfant, crêpes et bière à la main, s’agglutine peu à peu devant les enceintes géantes, heureux d’être là.


La cuisine française, tant appréciée aux Etats-Unis, a même planté ses fourneaux à l'entrée du site. Les chefs français de New York y déploient tous leurs talents culinaires pour régaler les gourmets. 


Sous un ciel gris mais clément, les Bretons de New York ne tardent pas à se mélanger à leurs cinq cents compatriotes arrivés tout droit du pays, pour certains enveloppés dans d’immenses drapeaux, pour d’autres, le pain de sucre solidement fixé sur la tête. Des Américains, amoureux de la France et de la Bretagne, pour beaucoup accompagnés de leurs enfants sont aussi de la fête. « Mes deux filles sont à l’école française, revendique tout sourire, Mike, sa cadette confortablement installée sur ses épaules. Ma femme est française. On se devait d’être là.»


Un peu plus loin, Loïc et Caroline, fraîchement débarqués à New York n’auraient également pour rien au monde manqué l'événement. « Je suis originaire de Quimper. Je travaille dans l’informatique, avance fièrement le jeune Finistérien. On arrive du New Jersey. Ma femme est parisienne mais cela fait du bien d’être ici. »


Alors que Krismenn et Alem, deux jeunes rappeurs bretons, font un malheur devant la Bretagne réunie, l’ambiance reste calme et studieuse en basckstage jusqu’à l’arrivée presque discrète du très attendu M. enchanté de retrouver son complice et ami, Jérôme Tréhorel, directeur général des Vieilles Charrues. Les retrouvailles sont chaleureuses et le sourire est sur les lèvres. Matthieu Chedid ne se départit pas de sa légendaire gentillesse. 


C’est aussi en grand fidèle du festival que M., veste de paillettes rouges et lunettes du futur animées de larges carreaux de lumière blanche, se lâchera peu après devant quelques quatre mille spectateurs totalement éblouis. « Je suis super heureux d’être ici, confiera l’interprète de « Qui de nous deux » juste après son concert. C’est la seconde fois que je viens à New York. Je me suis senti comme à Carhaix aujourd’hui. »


Les organisateurs sont aux anges. M. aussi tandis que The Avener, coiffé d’un chapeau noir, style cow boy, fait bientôt retentir la célèbre musique de « Il était une fois dans l’Ouest » au-dessus du site encore plein à craquer. La nuit est tombée sur Central Park. Le temps est doux et les étoiles brillent dans le ciel. Au loin retentissent les sirènes de la ville qui ne dort jamais. Happy birthday Les Vieilles Charrues ! 


De notre correspondante à New York,
Marie Le Blé


A lire aussi : l'interview de Jérôme Tréhorel


publié le 03-10-2016 - mis à jour le 05-10-2016

comments powered by Disqus
Scène & arts
local-et-mondial-la-recette-catalane-des-transmusicales

On parle souvent du modèle économique des nombreux festivals français. Mais trop rarement, on y associe une quelconque ligne éditoriale. A recevoir toujours les mêmes artistes...

Scène & arts
i-m-from-roahzon-6e-edition

Ils sont peu nombreux à présenter chaque année les futures gloires locales. Citons Brighton en Grande Bretagne là où Jean-Louis Brossard des Transmusicales aime faire ses...

Scène & arts
lorient-hommage-aux-ecossais-

Du 4 au 13 août, la musique écossaise occupera le devant de la scène culturelle bretonne lors du 47e Festival Interceltique de Lorient. Pendant dix jours plus de 200 artistes mettront en...

Scène & arts
vieilles-charrues-2017-le-grand-tour-du-champ

Nous voilà orphelin(e) loin de nos 279 999 partenaires de poussière, de peau moite, de bière et d'eau fraiches. Derrière nous mais encore dans nos coeurs la transhumance d'une...

Scène & arts
vieilles-charrues-2017-quatre-jours-de-musique-et-d-amour-

Cette année encore Jeanne Rucet et Jean-Jacques Toux les programmateurs et Jérôme Tréhorel le directeur, ont répondu pieds nus et en veste à franges au questionnaire...

Scène & arts
no-logo-bzh-festival-le-reggae-a-l-heure-bretonne-

Depuis 4 ans, le No Logo Festival, situé à Fraisans en Franche-Comté, donne le « La » en matière de reggae et de world music. Découvrez sa version bretonne...

Scène & arts
festivals-jouez-la-capitales-europeennes

La haute saison des festivals pointe le bout de son nez. L’occasion de vivre l’été autrement en ajoutant aux charmes éternels de chaque capitale, le tempo et les nuits...

Scène & arts
le-bagad-de-an-oriant-sur-la-5e-avenue

Pour une surprise, elle était de taille. Le président de la prestigieuse parade de la Saint-Patrick invitant en personne le bagad de Lorient à défiler dans les rues de New York. Une...

Scène & arts
aidez-le-motocultor-festival-2017-et-payez-moins-d-impots-en-2018-

C’est par une opération de crowdfunding que le Motocultor festival va s’en sortir et fêter son dixième anniversaire. En effet, l’autre grand rendez-vous du Métal en...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité