Publicité
Ar Mag

Le retour du disque vinyle : microsillon ou maxi arnaque ?

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
le-retour-du-disque-vinyle-microsillon-ou-maxi-arnaque- A lire aussi : Dust & Groove :
http://www.bretagne-actuelle.com/l-espri

A lire aussi : M com' Musique : 300 vinyles par jour :
http://www.bretagne-actuelle.com/m-com-m

Quelques chiffres. Plus de 2 millions de disques vinyles ont été vendus en France l’année dernière, contre 519.000 en 2012, 742.000 en 2013, 825.000 en 2014, 988.000 en 2015, et 1,7 millions en 2016. Pour autant, malgré cette hausse constante, le 33 tours ne représente aujourd’hui que 7,6% des supports physiques musicaux vendus.

Quel point commun entre Renaud, chanteur populaire français, et David Bowie, défunte pop-star internationale ? Au premier abord, rien de flagrant.  Ils sont  toutefois, chacun pour son dernier album,  les plus grosses ventes hexagonales de 33 tours. Environ 17.000 pour le dernier Bowie, Blackstar, talonné par celui de Renaud qui avoisine les 16.800, auxquels s’ajoute l’ensemble des rééditions 33 tours du catalogue de Johnny Halliday qui, tout album confondu, gagne la première place de l’artiste francophone le plus réédité au format vinyle.


LE 33 TOURS VOIT LE JOUR EN 1948


Un peu d’histoire pour bien comprendre. Le 33 tours voit le jour en 1948. Il est promis au remplacement du 78 tours, disque recouvert d'un polymère naturel dans lequel est gravé un sillon parcouru par une aiguille de lecture à mesure que la galette tourne 78 fois par minute. Le 33 tours fonctionne à l’identique, tout en profitant des avancées technologiques de son époque. Par souci d’économie, le polymère est cette fois synthétique (polychlorure de vinyle - PVC), et le sillon y est moins profond (d’où "microsillon"), avec une capacité d'enregistrement décuplée, 30 minutes par face contre 3 à 5 minutes pour le 78 tours.


LE CHALEUR DU SON


Il faut attendre 1982, date de lancement d'un certain Compact Disc par Sony et Philips, pour que la suprématie du vinyle soit contestée. Le marché s’inverse à coup/coût de marketing. En quelques années, le 33 tours disparait des bacs dans lesquels il tenait depuis 40 ans… Sauf pour les DJs et les inconditionnelles devenus nostalgiques et qui, aujourd’hui encore, évoquent la chaleur du son, affirmant que le disque vinyle se distingue du CD et autres formats numériques par sa sonorité unique, irremplaçable, incomparable. Cette réputation d’un son plus doux, davantage organique que celui des autres supports, est expliquée par les aigus mixés en retrait afin d’éviter toute distorsion qui se produit lorsque le signal à enregistrer dépasse l'amplitude maximale permise par le support devant restituer le son. Cette distorsion est différente en fonction des enregistrements, analogiques ou numériques, mais aussi de leur support respectif, physique (disque) ou virtuel (fichier MP3). De fait, chaque support nécessite une captation et un mixage spécifique afin de restituer au mieux les performances sonores qu’il autorise.


LA NOSTALGIE D'ACHETR UN BEL OBJET


Outre ces explications techniques justifiant la (possible) suprématie du son analogique, le retour en grâce du disque vinyle est aussi dû à la nostalgie d’acheter un bel objet auquel nous prenons soin comme d’un petit bijou précieux qui génère une gestuelle relative au matériel d’écoute : platines, ampli, baffles, etc… Presque un fétichisme des belles choses. Mais retrouver la chaleur du son d’hier impose des impératifs techniques et couteux. Voilà où le bât blesse ! D’un côté, un marché qui ne s'est jamais aussi bien porté depuis des années. De l’autre, la mauvaise qualité des disques en vente.


LA BANDE ORIGINALE


Pour reproduire un son de qualité sur vinyle, les enregistrements doivent être analogiques et, pour les anciens, il est indispensable de récupérer la bande originale afin de restauration. Travail long et fastidieux mais essentiel si l’on veut restituer toutes les qualités sonores du format. De même, les fichiers numériques non compressés et enregistrés directement sur la table de mixage, nécessitent d’être convertis avant d’être gravés sur sillon. Hélas ! Seulement 0,1 % des 33 tours sont pressés à partir de bandes analogiques. Un format devenu extrêmement rare, sur lequel plus personne ne travaille. Il suffit d’écouter les rééditions vinyles à 10 ou 15 €.  Impossible que l’album ait été reformaté et remixé. C’est de l’arnaque pour mauvaises oreilles. De la même façon que d’avoir utilisé au début des années 80 les matrices analogiques des vinyles pour les ressortir en CD.  Le son n’étant pas adapté, il était obligatoirement moins bon à l’écoute.


UN RESULTAT EFFROYABLE


Hier comme aujourd’hui, les majors rentabilisent leur fond de catalogue au détriment du son. Certaines maisons de disques ne s’embêtent pas et copient directement le CD ou le fichier numérique avec la certitude d’un résultat effroyable. Mais l’objet est là. On l’achète. Le garde. Le regarde.  Comme un livre dans un format Pléiades qu’on ne lira jamais. Le 33 tours est redevenu un objet. Bel objet que n’a jamais été le CD. Pour le meilleur des yeux et le pire des oreilles. Reste le marché de l’occasion où de nombreuses pépites des années 70 marient toujours le charme et le son.


Jérôme Enez-Vriard
publié le 26-04-2018

Ar Mag
un-siecle-avant-le-plus-ancien-texte-francophone-les-premiers-ecrits-bretons

Civilisation et littérature sont toujours intimement liées. La première étude exhaustive consacrée à la littérature bretonne date de 1943. Nous la devons à...

Ar Mag
vivendi-se-desengage-d-ubisoft

Le combat entre les deux entrepreneurs bretons a déclaré son vainqueur : Ubisoft 1 – Vivendi 0. Le groupe de Vincent Bolloré a annoncé hier mardi 20 mars 2018 qu'il se...

Ar Mag
bretagne-moleculaire-et-cuisine-autonome

Ah, la nouvelle cuisine ! Servie à l’assiette et non au plat. C’était dans les années 70. Avant il fallait que ce soit bon, dorénavant il faudra que ce soit beau. Pas...

Ar Mag
connaissez-vous-vraiment-la-bretagne-

Le tour du monde en chaussons, c'est bien plus dépaysant qu'on l'aurait pensé. Bretagne Actuelle vous conseille fortement de tester le jeu 

Ar Mag
bretagne-actuelle-aime-les-ba

Révélez votre coeur de Breizh ! Deux sites pour trouver comment aider efficacement près de chez vous 

Ar Mag
jean-picollec-la-selection-d-un-breton-ouvert-sur-le-monde

Jean Picollec est un phénomène dans le monde de l’édition. A la tête des éditions éponymes, il mène en bon Concarnois tout seul sa barque contre vents et...

Ar Mag
duo-cordes-ames-la-musique-classique-c-est-plus-ce-que-c-etait-

On l'a dite élitiste, pompeuse, d'un autre temps, inaccessible, austère…Mais les critiques hostiles se voient peu à peu contraints de garder leurs commentaires tant la musique...

Ar Mag
cent-ans-de-jazz-en-bretagne-ca-s-entend

En 1917, il y a 100 ans, l'Europe découvrait le jazz. Le 26 juin 1917, les soldats américains débarquaient à Saint-Nazaire pour prendre part à la guerre avec, dans les poches,...

Ar Mag
happy-birthday-bzh-new-york-

L’association BZH New York souffle ses dix bougies aujourd’hui, samedi 9 septembre 2017. L’occasion de rendre hommage à ceux qui ont jeté des ponts au-dessus de...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Que valent maintenant les livres ?

Michel Ogier


Des boîtes à livres se disséminent dans les villes et les bourgades. Les amateurs de livres, pour la plupart, s'en réjouissent. Et on ne peut que saluer ceux qui en prennent l'initiative. C'est certainement une très bonne chose que de démocratiser la culture.


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité