Publicité
Livres

La boucherie des amants de Gaetaño Bolán

Le Livre de poche, 91 p. 4,50 euros Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
la-boucherie-des-amants-de-gaetano-bolan

Lire est un plaisir difficile à cerner. Il faut trouver le livre qui saura nous séduire, trouver le temps de s'échapper complètement - beaucoup de loisirs n'empêchent pas de suivre une conversation, de surveiller son téléphone ou de grignoter quelques bêtises...Lire, c'est sacrifier tout le reste ! 

Et cela demande de la concentration : suivre les lignes mais aussi le fil de la pensée de l'auteur... Et ces pages agaçantes qui ne se tournent pas ou viennent à plusieurs ! Alors pourquoi ? Parce que c'est encore la plus belle manière de voyager par l'imagination, de s'immerger totalement dans des nouveaux mondes qu'on regrette parfois de quitter. « La Boucherie des amants » est un petit monde qui nous adopte tout de suite. Il faut souvent s'accrocher durant quelques chapitres avant de s'attacher aux personnages et d'entrer dans l'histoire pour de bon, mais ce n'est pas le cas ici. Nous sommes Tom, fils aveugle du boucher d'un village chilien, et nous n'avons jamais connu maman, mais nous ne sommes pas tristes. On ne peut pas être triste de la mort de quelqu'un qu'on n'a jamais vu et qu'on n'aurait, de toute façon, jamais pu voir. Elle existe différemment, maman. Elle habite notre cœur et nous guide à sa façon. Nous allons raconter la vie comme elle vient, les histoires du village, nos peurs, nos espoirs, nos rires et nos bêtises et, à travers nos mots d'enfant qui voit avec ses sens, se dessineront peu à peu des figures et des destins, des amours tendres et des chagrins dont on n'a même pas conscience. Nous on est un gosse, on s'en fiche, on joue et on aime et on rêve très fort. Et dans le noir de notre regard plein d'espoir, on ne verra pas l'ombre d'abord lointaine puis menaçante d'une dictature ignoble, d'un jeu d'échecs pour les grands qu'on va devoir subir quand même. C'est que la jolie maîtresse Dolores et papa derrière ses viandes ont tous les deux un grand secret. Peut-être deux. 
Mais les secrets ça on peut pas le dire tout fort, faudra lire si vous voulez savoir. On s'appelle Tom et dans notre noir y'a plein de soleils. 


Tiphaine Kervaon
publié le 22-10-2016

comments powered by Disqus
Livres
vertigo-sur-rade

Le dernier roman de Tanguy Viel se déroule à Brest-même, et juste en face ! Il a pour décor la presqu’île, pour personnage la rade et pour rythme haletant la fin du...

Livres
l-homme-de-ma-vie-par-yann-queffelec

Dans ce roman autobiographique Yann Queffelec fait le portrait de sa tribu et évoque son enfance si particulière avec « l’homme de sa vie » ! Son style, revigorant...

Livres
mister-alabama-par-phillip-quinn-morris

Mister Alabama est le premier ouvrage traduit en français de l’américain Phillip Quinn Morris. Et il était temps, puisque le bouquin est sorti en 1989 aux Etats Unis ! Un...

Livres
un-roman-des-poetes-bretons

Lire Jean Louis Coatrieux, c’est retrouver sa famille ! Cette famille de rêves et de mots, ces familiers qui nous donnent à lire le monde depuis qu’on est né. Lire Coatrieux,...

Livres
city-on-fire-de-garth-risk-hallberg

Voici un premier roman insolite. Voici un premier roman grandiose. Sur plus de 900 pages grisées de la même prose sans failles, empreintes d'un style distillant avec élégance humour et...

Livres
-paris-13-novembre-2015-par-christian-lejale

C’est courageux. Courageux d’écrire un roman sur un événement qui a tourné en boucle sur toutes les télés pendant des semaines ; sur l’horreur et...

Livres
gilles-cervera-donne-corps-a-l-enfant-sans-voix

À quoi bon parler si c’est pour taire l’indicible. Le parti-pris de l’écriture comme traversée du silence est celui de Gilles Cervera dans son Enfant du monde, livre...

Livres
check-point-par-jean-christophe-rufin

En route vers l’ex-Yougoslavie, un camion brinquebalant traverse des étendues gelées. Le son têtu de son moteur résonne au milieu de ces montagnes quasiment désertes.

Livres
-l-impasse-par-erwan-bargain

Les affres de la page blanche ne suffisent plus. Pour un écrivain, le pire est à venir : se rendre compte au fil de l’écriture que le texte n’est pas à la hauteur, que...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité