Publicité
Films

L’art de l’être

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
l-art-de-l-etre

Avec "L'Art de l'autre", Antoine Tracou signe un film doux et subtil. Doux, subtil et rennais. Un film dont l’image est au centre, celle qui se fabrique, se gratte, l’image que le couteau épure, ou le doigt du peintre quand il estompe le passage d’un pastel.

Le cinéaste signe un portrait de peintres à portraits. Un portrait à trois pans dont le sien, celui d’un cinéma en train de se faire, didascalique. Trois hommes se rencontrent, se regardent, parlent –quoique trop peu, et forment un portrait croisé. Celui de Tracou lui-même, et celui de Mariano Otero arrivé à Rennes arraché à la nuit franquiste et celui de Jean-Pierre Le Bozec qui croise à seize ans, aux Beaux-Arts un camarade de classe nommé Otero. Les dialogues s’instillent ici moins dans les mots que par la main, ou l’œil, et ces lieux de magie blanche qui se nomment ateliers.
Otero tire des portraits de Le Bozec et vice versa. C’est la règle du jeu qu’impose Antoine Tracou, rien de mièvre ni forcé, tout d’une charge à la fois amicale, picturale, technique et dont les portraits tirent vers ce que montre un peintre : du réel, du trait pour trait mais tellement de transgressif, tellement de digressif, en bref d’imaginaire. Le Bozec impose une casserole à Otero et pose sur le papier, entre ses doigts, un cube, car Otero est cubiste qui d’ailleurs impose la carrure au cube de Le Bozec. Se fabrique un film L’art de l’autre où l’être est de l’art.
Les deux figures de Rennes nous racontent une ville de ploucs qui les a accueillis. Le madrilène s’avère fort de sonextériorité, son « bagage » d’exilé, et le fils de cheminot, Le Bozec, raconte une aspiration vers l’art, quelque chose de soumis aux références, à l’appel. L’un et l’autre pourtant, sûrs de n’être pas mystiques.
Sans doute le film l’est-il un peu, surtout dans cette séquence finale, au Prado, devant le portrait des portraits. Les deux amis de longue date, qui respectent depuis toujours leurs formes propres, tous les deux pastellistes, on les voit littéralement se laisser aspirés par l’immensité de l’art où dieu n’est pas une représentation mais le tableau.


Gilles Cervera
publié le 20-10-2017

comments powered by Disqus
Films
massilia-sound-system-le-film-

Pour Paris, tout ce qui se passe en dehors du Périph n’existe pas. On parle de Province et pour la musique de folklore. Le succès populaire du hip hop teinté de reggae de Massilia Sound...

Films
instinct-de-survie

Partie surfer sur une plage isolée, au Mexique, une jeune femme est attaquée par un grand requin blanc. Elle engage alors, avec le squale, une terrible lutte pour rester en vie…

Films
la-la-land

Où l'on apprend qu'un bain pieds nus dans la Seine donne du sens de l'existence ! 

Films
fleur-de-tonnerre-une-vipere-tres-au-point

La coupable était dans la cuisine. Son arme ? Du poison. Et le Colonel Moutarde n'était pas né. C'est une histoire vraie dont le temps a lentement simplifié les traits, n'en gardant...

Films
blu-ray-dvd-et-coffrets-selection-de-noel

COMME DES BÊTES
Max est un chien de compagnie choyé qui mène une vie paisible dans un immeuble de Manhattan. Mais l'animal voit sa vie chamboulée, le jour où sa...

Films
le-triangle-du-diable

Embarqués dans un hélicoptère, deux gardes-côtes partent secourir un navire en perdition. Ils découvrent à son bord plusieurs cadavres et une seule survivante que les...

Films
la-fille-de-brest-action-

Le 23 novembre 2016, le film La fille de Brest viendra raviver le cauchemar des victimes du Mediator, médicament dont la nocivité fut établie au grand jour par le Dr...

Films
the-finest-hours

Le 18 février 1952, la côte Est des Etats-Unis subit l'une des pires tempêtes de son Histoire. Au large, deux pétroliers, le SS Pendleton et le SS Fort sont littéralement...

Films
demain

Après plus d’un million de spectateurs en salle, le documentaire « Demain » sort en DVD. Enfin, tant il est urgent que ce film irradie la planète et ses habitants. ...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Taxe man et taxe me sont dans notre bateau…

Hervé Devallan


Emmanuel Macron commence à scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Et tout le monde applaudit, ou du moins, les médias donnent peu de consistance à une quelconque alternative. Voire un simple esprit critique. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité