Publicité
Livres

Jean-Luc Le Cléac’h : « Poétique de la marche »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Poétique de la marche, Jean-Luc Le Cléac’h, La Part Commune, 142 pages, 15 euros. Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
jean-luc-le-cleac-h-poetique-de-la-marche-

S’il avait vécu au Japon au 17esiècle, Jean-Luc Le Cléac’h aurait pu être un disciple de Bashô, ce poète marcheur auteur de La sente étroite du bout du monde. Chez les deux hommes, le même amour de la pérégrination, de la lenteur, de la méditation. Mais Jean-Luc Le Cléac’h vit en Bretagne au 21e siècle.  Et alors que Bashô s’exprimait sous la forme courte du haïku, l’auteur breton, lui, raconte dans une prose élégante, ce qui l’enivre dans cette découverte des paysages permise par la marche au long cours.

Chez l’auteur japonais comme chez l’auteur breton, en tout cas, une forme de « sobriété heureuse », non seulement culinaire (le bol de riz pour l’un, les biscuits et la thermos de thé pour l’autre) mais surtout spirituelle qui les amène à porter attention au plus minuscule ou au plus insignifiant rencontré au bord du chemin. « La marche, avec la lenteur relative qui l’anime, est inséparable du détail sous toutes ses manifestations, note Jean-Luc Le Cléac’h, mais dans le même temps ou presque, l’œil et l’esprit se hissent jusqu’à l’infini, happés qu’ils sont par une étendue du territoire qui se laisse découvrir depuis une hauteur, ou plus simplement, par le ciel qui apparaît à la fois proche et immense ».


Ce microcosme et ce macrocosme, l’auteur breton les mesure dans leur plénitude sur les sommets « bossus » d’Alsace ou d’Auvergne, dans les collines d’Europe centrale, mais plus encore sur les sentiers côtiers de Bretagne, à commencer par ceux du Cap Sizun qu’il affectionne plus que tout. « A chacun ses Amazonies : les miennes se tiennent à l’extrême pointe de la Bretagne, dans les vallons insoupçonnés du Cap Sizun ». L’auteur, né à Concarneau, vit dans le Pays bigouden. Il est ici en pays de connaissance, mais n’en finit pas de déchiffrer (défricher ?) son territoire. Son « terrain de jeu » comme il l’appelle.


Qu’il y ait une « poétique » de la marche, cela va donc de soi pour Jean-Luc Le Cléac’h. Mais « s’agissant de la marche, affirme-t-il, il n’est de règles ou de conventions que celles que nous nous donnons, que nous élaborons au gré de nos randonnées et de nos humeurs ». D’où le côté discursif de son propos, nous entraînant par des chemins buissonniers, vers une approche émerveillée du monde. Jean-Luc Le Cléac’h s’arrête, renifle, savoure. Il nous parle l’odeur sucrée de l’ajonc en fleur avant de nous entraîner dans une réflexion toute philosophique sur « l’horizontalité » de tel paysage et sur « l’apaisement » qui en découle. Marcheur-philosophe (à la manière d’un vieux sage), marcheur-lecteur aussi par cet art de la « digression », du « détour », de « l’écart ».


On se dira, malgré tout, pourquoi encore un livre sur la marche (après ceux de Jacques Lacarrière, Bernard Ollivier, David Le breton, Pierre Sansot et tant d’autres) ? N’a-t-on pas tout déjà dit sur le sujet ? Jean-Luc Le Cléac’h rétorque : « Peut-être parce que le plaisir de la marche, la sensation de légèreté, parfois même le bonheur qui nous traverse, ce serait une forme d’égoïsme coupable de le garder pour soi seul, de ne pas essayer de la faire partager ». Goûtons donc, sur ses pas, ce plaisir partagé.


Pierre Tanguy
publié le 06-12-2017

comments powered by Disqus
Livres
marc-pennec-en-arree-

« Nous marchons en ce monde sur le toit de l’enfer en regardant les fleurs », écrivait au 18e siècle le poète japonais Kobayashi Issa. L’enfer :...

Livres
poete-a-bras

Christian Prigent est de Saint Brieuc et son dernier livre, Chino aime le sport nous en fait mention dès le septième poème !

Livres
rapprocher-l-horizon

Un poète de Bretagne. Un poète du silence, peut-être un poète de la prière, sans alourdir la connotation ni en préchi ni en précha.

Livres
des-jeunes-poetes-commencent-le-travail

Ouvrir un premier livre, qu’il soit ou non rouge, en l’occurrence il l’est, c’est un beau cahier avec un titre net, Le Bel Œuf, un emboîtement de lettres nettes et un coquetier...

Livres
litterature-en-majeste

Rien de banal jamais aux éditions Isabelle Sauvage. L’éditrice et son compagnon Alain Rebours installés au cœur des Monts d’Arrée ont fait depuis plusieurs...

Livres
poesie-d-air

Pas ici de parole en l’air ! Car cette poésie dont on parle est aérienne, ouvre les mains du ciel, ondoie, elle monte en volutes, elle ne joue pas avec la lumière, elle est...

Livres
ligne-de-vie

Texte habité des bruits du vent sur la toile tendue, « Passerelle, Carnet de mer » est la dernière parution d’Erwann Rougé. 

Livres
poemes-de-selune

Est-ce un poète ou est-ce un musicien ? René Cloitre sort ces temps ci La Vague et la Haie, c’est une page d’un de ses carnets, ce sont mille senteurs, des douceurs de...

Livres
-cette-porte-qui-bat-les-instants-d-eternite-selon-didier-jourdren

Bien connu des amateurs de poésie ou de prose poétique, Didier Jourdren donne à intervalles réguliers des recueils emplis de grâce aux éditions rennaises de La Part...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
La haine de soi

Gilles Cervera


On ne s’aime plus quand on voit nos nouvelles idolâtries.  


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité