Publicité
Disques

Idriss El Mehdi « Wild bird »

Awang Note : 4/5HermineHermineHermineHermine

Pianiste de jazz, Idriss El Mehdi réinvente un blues occidental à grand renfort de Guembri. Trois cordes de boyaux de chèvre qui swing et transcende le genre.

Le piano mène à tout, y compris au Guembri, un instrument traditionnel marocain. « Moi, le pianiste habitué depuis tant d’années à avoir à ma disposition 88 notes de musique pour m’exprimer, je me trouvais face à 3 simples cordes faites de boyaux de chèvre.» explique Idriss El Mehdi dans sa biographie. Né à Casablanca dans une famille de mélomanes, il a la chance de baigner dans une double culture franco marocaine, entre musique classique arabe et occidentale, jazz et rock. Après avoir étudié dans les meilleures écoles de jazz en France (American School of Modern Music et la Bill Evans Piano Academy), le jeune homme fait une rencontre décisive pour la découverte et l’apprentissage du Guembri, celle d’avec le maître du mysticisme soufi, maalem gnaoui Mahmoud Guinea. En parallèle, il poursuit sa carrière de pianiste dans plusieurs formations afro jazz et accompagne quelques artistes français (Axel Bauer, Calogero, Hubert Mounier) et internationaux Cerrone et Luz Casal.


C’est cette histoire qui permet de mieux comprendre ce magnifique et étonnant « Wild bird » que nous propose aujourd’hui Idriss El Mehdi. Un peu comme Rachid Taha désenclavant le rock, il réinvente le jazz et le blues en y mêlant les sonorités africaines graves et sourdes de l’instrument guinéen. Loin d’être une simple juxtaposition, c’est à une véritable fusion qu’il met ici en action. Autour d’une rythmique basse (Guembri) – batterie des plus traditionnelles, virevoltent guitares, piano et percussions. Et en ne l’imposant pas comme vitrine folklorique, le pianiste de jazz utilise ces 3 cordes magiques pour leurs sonorités à la fois rondes et rugueuses et en profite pour réinventer un blues occidental en mal de racines. Si on y ajoute une production puissante bien dans l’air du temps, on arrive à un disque qui swing et transcende le genre à grand coup de slides guitares et de chœurs entêtants. Bref c’est de la veine d’un Don Cavalli ou d’un Lenny Kravitz ayant enfin inventé quelque chose.  


Hervé Devallan
publié le 17-12-2013

comments powered by Disqus
Disques
the-rolling-stones-blues-lonesome-

Ils viennent de là, ils viennent du Blues : les Rolling Stones livrent ce qu’ils savent faire de mieux : 12 reprises de blues. Mais enregistrer 12 face B de 45t, est-ce suffisant ?

Disques
left-lane-cruiser-beck-in-black-

Encore une bonne leçon de blues rock tout droit venu des Etats-Unis. Cette fois, une simple compilation des premiers morceaux de Left Lane Cruiser suffit pour prendre la claque.

Disques
stewart-lindsey-spitballin-

Ce duo pratique un blues de tradition à une pop exigeante et révèle surtout un chanteur incroyable !

Disques
bobby-sue-spinning-mind-

Depuis 10 ans et désormais 3 album, le duo Bobby & Sue chante son amour de la musique noire américaine. « Spinning mind » surpasse nos attentes !

Disques
simo-let-love-show-the-way-

Sans renouveler le genre power trio Blues rock, Simo va ravir les fans d’une musique exigeante si elle ne veut pas devenir lassante. Pari réussi. 

Disques
mahalia-barnes-the-soul-mates-ooh-yea-

Mahalia Barnes a du coffre. Et cela s’entend ! Douze titres comme autant de reprises de Betty Davis qui auraient pu briller davantage avec quelques nuances.  

Disques
bobby-sue-i-m-dead-thanks-for-asking-

Dournenez swingue avec Bobby & Sue. Un swing de cabaret qui donne à la Bretagne des faux airs de prohibition des années 30.  

Disques
muddy-waters-the-rolling-stones-checkerboard-lounge-live-chicago-1981-

Bien connu des aficionados des Rolling Stones, le concert mythique du 22 novembre 1981 au Checkerboard Lounge de Chicago, réunissant des pointures du blues et des membres du groupe, sort de manière officielle...

Disques
lenine-mc-donald

Lenine mc Donald… Le nom est à lui seul une invitation à la curiosité. Comme si la propagande communiste s’immolait au Hedge Found ; Icare au pays des soviets en quelque...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

Breizh Gouel

Agenda

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité