Publicité
Livres

Gilles Cervera donne corps à l’enfant sans voix

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
« L’enfant du monde », Gilles Cervera, éditions Vagamundo, 140 pages, 13 €. Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
gilles-cervera-donne-corps-a-l-enfant-sans-voix

À quoi bon parler si c’est pour taire l’indicible. Le parti-pris de l’écriture comme traversée du silence est celui de Gilles Cervera dans son Enfant du monde, livre d’autant plus poignant qu’il exclut la vulgarité racoleuse du mélodrame compassionnel. 

Il eut été facile et confortable d’en faire des tonnes sur l’histoire de cet enfant né sans vue, sans parole et sans mouvement, de cet enfant d’aujourd’hui quarante ans, vivant médicalisé, voué à l’institution et à l’encloîtrement dans le mutisme du corps. La miséricorde attendue limite généralement son discours aux témoins et aux proches, elle ne dit rien du silence de l’enfant, de sa vie, incapable qu’elle est d’en percer le mystère.


Seule sans doute, la littérature peut espérer l’atteindre. Cervera est expert en goût des mots voire en jongleries sémantiques, mais attention nulle plaisanterie lacanienne dans sa forge des phrases. Par leur évidence sonore, par leur allégresse mélodique, elles traduisent le souci d’abattre les murailles de l’être. Elles sont ces parcelles rescapées du naufrage, de notre impuissance à adhérer ou à comprendre l’autre. À l’opposé, on s’en doute, des discours théoriques, l’auteur travaille son récit tel un poème en prose, à la fois exigeant et limpide. Texte fascinant, à la tension émotionnelle constante, qui nous conduit par les mots façonnés à la connaissance de l’enfant sans en violer l’inconnaissable. La beauté maïeutique et cathartique de l’écriture parvient à fissurer le bloc d’abîme.


À connaître donc cet enfant, on peine à imaginer qu’il ne soit pas un être de chair et de sang, appartenant à la famille de l’auteur. D’autant que le récit de Gilles Cervera, c’est aussi sa réussite, englobe comme une extension mouvante et émouvante les parents (père colère, mère souffrance), la sœur, la grand-mère, l’oncle, les cousins. L’emmurement de l’enfant est aussi celui que vit l’entourage face monde extérieur. Ce destin partagé est au cœur vibrant du portrait de l’enfant du monde. Qu’on ne cherche pas dans ce livre le mot « handicapé » ni l’expression « enfant pas comme les autres ». L’enfant ici est « du monde ». C’est notre enfant, « il est une part de soi qui n’est pas soi », il est nous, plaide Gilles Cervera, fidèle jusqu’au bout à la définition qu’il donne du geste d’écrire, à savoir « parler en gardant le silence ».


Georges Guitton
publié le 07-06-2016

comments powered by Disqus
Livres
jacques-josse-comptoir-des-ombres-

A quoi reconnaît-on un écrivain ? Un vrai. A sa capacité à créer un monde, à sa faculté de partir de lieux singuliers et familiers pour vous parler de...

Livres
kamel-daoud-et-les-pouvoirs-de-l-ecriture

Quand un livre commence par ces lignes, on se dit qu’on est dans de bonnes mains. « Ecrire est la seule ruse efficace contre la mort. Les gens ont essayé la prière, les...

Livres
cervera-dans-le-creuset-du-frere

Deux frères, tout est dit. Dans le genre saga familiale, Gilles Cervera resserre la focale sur un simple binôme. Il donne à ce couple déchiré, déchirant, une pureté...

Livres
devenez-membre-du-jury-du-prix-henri-queffelec-2018

Le Festival Livre & Mer de Concarneau propose aux lectrices et lecteurs passionnés de former le jury du prochain Prix Henri-Queffélec. Pour la 34e édition du 6 au 8 avril 2018, le jury...

Livres
trois-jours-d-attente

Nous lisons Yves Ravey depuis Le drap, c’était au tout début de ce siècle. Il nous avait marqué avec ce désossé littéraire d’un qui écrit...

Livres
journal-de-vie-d-un-soldat-qui-va-mourir

Un gros livre pour l’été. Pas pour la plage et pas que parce que son poids pèse, ni pour les arpions écartés ou la crème solaire en marque pages. Gare à la...

Livres
flaner-a-nantes

Lisant de Marie-Hélène Prouteau La ville aux maisons qui penchent, je ne me suis rien de moins que promené avec une amie jamais croisée! Une vieille connaissance à...

Livres
-le-gout-du-vent-sur-les-levres-par-cedric-morgan

Belle-Ile-en-Mer est source d’inspiration pour Cédric Morgan. Et de belle manière avec ce nouveau roman « Le goût du vent sur les lèvres ». D’une...

Livres
un-roman-de-romancier

Famille Carpentier, le père. Disparu tôt, rayé de la carte mais pas du patronyme. Famille Carpentier, le fils, « l’écrivain français » comme...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
La haine de soi

Gilles Cervera


On ne s’aime plus quand on voit nos nouvelles idolâtries.  


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité