Publicité
Livres

Gilles Cervera donne corps à l’enfant sans voix

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
« L’enfant du monde », Gilles Cervera, éditions Vagamundo, 140 pages, 13 €. Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
gilles-cervera-donne-corps-a-l-enfant-sans-voix

À quoi bon parler si c’est pour taire l’indicible. Le parti-pris de l’écriture comme traversée du silence est celui de Gilles Cervera dans son Enfant du monde, livre d’autant plus poignant qu’il exclut la vulgarité racoleuse du mélodrame compassionnel. 

Il eut été facile et confortable d’en faire des tonnes sur l’histoire de cet enfant né sans vue, sans parole et sans mouvement, de cet enfant d’aujourd’hui quarante ans, vivant médicalisé, voué à l’institution et à l’encloîtrement dans le mutisme du corps. La miséricorde attendue limite généralement son discours aux témoins et aux proches, elle ne dit rien du silence de l’enfant, de sa vie, incapable qu’elle est d’en percer le mystère.


Seule sans doute, la littérature peut espérer l’atteindre. Cervera est expert en goût des mots voire en jongleries sémantiques, mais attention nulle plaisanterie lacanienne dans sa forge des phrases. Par leur évidence sonore, par leur allégresse mélodique, elles traduisent le souci d’abattre les murailles de l’être. Elles sont ces parcelles rescapées du naufrage, de notre impuissance à adhérer ou à comprendre l’autre. À l’opposé, on s’en doute, des discours théoriques, l’auteur travaille son récit tel un poème en prose, à la fois exigeant et limpide. Texte fascinant, à la tension émotionnelle constante, qui nous conduit par les mots façonnés à la connaissance de l’enfant sans en violer l’inconnaissable. La beauté maïeutique et cathartique de l’écriture parvient à fissurer le bloc d’abîme.


À connaître donc cet enfant, on peine à imaginer qu’il ne soit pas un être de chair et de sang, appartenant à la famille de l’auteur. D’autant que le récit de Gilles Cervera, c’est aussi sa réussite, englobe comme une extension mouvante et émouvante les parents (père colère, mère souffrance), la sœur, la grand-mère, l’oncle, les cousins. L’emmurement de l’enfant est aussi celui que vit l’entourage face monde extérieur. Ce destin partagé est au cœur vibrant du portrait de l’enfant du monde. Qu’on ne cherche pas dans ce livre le mot « handicapé » ni l’expression « enfant pas comme les autres ». L’enfant ici est « du monde ». C’est notre enfant, « il est une part de soi qui n’est pas soi », il est nous, plaide Gilles Cervera, fidèle jusqu’au bout à la définition qu’il donne du geste d’écrire, à savoir « parler en gardant le silence ».


Georges Guitton
publié le 07-06-2016

Livres
retour-a-l-anormal

Finir Le lambeau en pleurant n’est pas une entame de critique littéraire. C’est le cas. Le Bataclan est sous la rafale à la toute fin du livre de Philippe Lançon et Chloé...

Livres
marie-sizun-vous-n-avez-pas-vu-violette-

Marie Sizun est bien connue pour ses romans qui ont pour cadre la Bretagne. Et sur l’amour, on se souvient encore de « Plage » ! Cette fois, et sur le même sujet, Marie...

Livres
pennac-bartleby-zadiste-sans-zad

Nous n’avions rien dit lorsque nous ne retournions plus jusque Pennac ! On aurait eu du mal à se prononcer sur cette lassitude. Le cancre nous avait attendris mais trop de cancritude tend vers...

Livres
jean-pierre-nedelec-le-monde-etait-plein-de-couleurs-

Ce monde « plein de couleurs » (quel beau titre !) décrit par le douarneniste Jean-Pierre Nedelec dans son nouveau livre est celui de l’enfance. Il est aussi celui de...

Livres
l-amour-qui-prefererait-ne-pas

Ne pas commenter les nombreux commentaires auto-satisfaits de la presse littéraire. Marc Pautrel est à lire et ce n’est pas par la seule grâce d’on n’est pas couché...

Livres
gaetan-lecoq-le-rire-de-xavier-grall-

« Romancer » la vie du poète et journaliste breton Xavier Grall. Personne ne l’avait encore tenté, ni forcément imaginé. C’est désormais chose...

Livres
-l-inconnu-me-devore-de-xavier-grall-reedite

Les éditions Les Equateurs rééditent L’inconnu me dévore de Xavier Grall, avec une préface de Pierre Adrian. Le livre avait été publié pour la...

Livres
-les-passagers-du-siecle-de-viktor-lazlo

La fresque est ambitieuse : faire traverser plus d’un siècle (entre 1870 et nos jours) à une esclave noir et un juif polonais. Le tout démarrant à la fin de la traite des...

Livres
bernard-berrou-la-nuit-des-veuves-

On connaît de Bernard Berrou la veine « irlandaise » de ces merveilleux livres qu’il a consacrés à la « verte Erin ». On connaît aussi...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Que valent maintenant les livres ?

Michel Ogier


Des boîtes à livres se disséminent dans les villes et les bourgades. Les amateurs de livres, pour la plupart, s'en réjouissent. Et on ne peut que saluer ceux qui en prennent l'initiative. C'est certainement une très bonne chose que de démocratiser la culture.


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité