Publicité
Disques

Eric Le Lann « Mossy ways »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Musique à Bord Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
eric-le-lann-mossy-ways-

Avec ce 16e album, Eric Le Lann flirte avec la pop. Mais que les puristes se rassurent : le jazz est là, et la Bretagne aussi. 

Figure du jazz mondial, Eric Le Lann revient en son pays, la Bretagne, pour nous donner d’excellentes nouvelles. Celle d’un musicien au sommet de son art qui associe désormais son art avec certaines résonnances celtes. Si dans un précédent album (« Origins ») il s’était déjà aventuré à taquiner les effluves celtes, il assume désormais ses racines sans en faire une obsession tribale. Et c’est là tout le talent du trompettiste : oser les nuances sans imposer un folklore redondant. « Mossy ways » est avant tout un superbe album de jazz, tout en rondeur, câlinant le Lo-fi et ces ambiances chaleureuses, comme un lent ressac un soir d’été. Pour ce faire, Eric Le Lann s’est entouré d’une formation électrique et pas forcément intégriste du jazz: Patrick Manougian (guitare de Bernard Lavilliers, Florent Pagny…), Philippe Bussonnet (bassiste de Magma, Laurent De Wilde…) et du batteur Raphaël Chassin (Salif Keita, Tété, Vanessa Paradis…). On peut donc entendre certaines ambiances pop, voire rock, qui ajoutent à l’univers du monsieur, sans que les puristes n’émettent des cris d’orfraie. Le natif de Ploeuc-sur-Lié va même plus loin en invitant au chant Laurent Jouin. Oui, on entend du breton sur « Mossy Ways » ! Le retour au pays est donc une réalité pour celui qui avait prêté sa trompette au dernier album de son cousin Frank Darcel, notamment sur le morceau « Fin d’après-midi à Exotica ». Eric Le Lann ayant joué avec les plus grands (Chet Baker, Herbie Hancock, Dexter Gordon, Martial Solal, Eddie Gomez…), parcouru les scènes des 5 continents, il est presque normal qu’un « Mossy ways » suivent son « Live on Mars » déjà applaudit par le publique. Ici, le plaisir est souvent décuplé, car on arrive toujours à retrouver un coin de notre pays (Dan ar Braz) ou de notre inconscient collectif, cette fameuse pop française.  


Hervé Devallan
publié le 25-01-2018

comments powered by Disqus
Disques
moger-orchestra-moger-orchestra-

Venus du jazz et de la musique Trad, les musiciens de Moger Orchestra redonnent des couleurs aux Brass Band. Un régal. 

Disques
offshore-shorewards-

Les quatre musiciens d’Offshore n’on de compte à rendre à personne. Est-ce pour cela que leur musique est lumineuse ? 

Disques
will-calhoun-celebrating-elvin-jones

Quand on aime, on ne compte pas. C’est le second album hommage au batteur Elvin Jones rendu par l’ex Living Colour Will Calhoun. Dextérité et maîtrise de l’art sont au...

Disques
dpu-daniel-paboeuf-unity-ce-qu-il-en-reste-

Né avec la scène rennaise de la fin des années 70, Daniel Paboeuf étonne plus que jamais en 2016. DPU s’avère une sensation qu’on aimerait gardée...

Disques
kicca-kicca-

Entre soul, jazz et pop, Kicca séduit autant qu’elle charme. Ses mélopées swinguent et donnent une énergie dont il est difficile de se débarrasser !

Disques
ginger-baker-why-

Le jazz de Ginger Baker réinvente sans bouleverser. « Why ? » brise 16 ans de silence. 

Disques
zig-zag-pieces-manquantes-1976-

Tout vient à point à qui sait attendre. Nous avons du patienter 38 ans pour découvrir le premier (et sûrement dernier) album de Zig Zag. Enregistré en décembre 1976, les...

Disques
ed-motta-aor-

Un an après sa sorti, « AOR » revient augmenté d’une version lusophone jusque là réservée au marché brésilien. Quelque 80 minutes de...

Disques
hamid-drake-et-philippe-champion-le-chant-des-pierres-

Quand le batteur américain Hamid Drake s’associe au trompettiste brestois Philippe Champion, ils entonnent ensemble Le chant des Pierres, un disque de Free Jazz sensible et...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
La France dernier état communiste d’Europe ?

hervé devallan


Je ne vous parlerai pas de la Corse. Non.
La République d’Emmanuel Macron a tellement été caricaturale, frileuse et suffisante (pas même un drapeau Corse derrière le Président de la République !) qu’on ne peut s’empêcher de penser que ladite République est bien fragile pour refuser ce que le reste du monde démocratique octroie à certains de ses territoires. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité