Publicité
Disques

Ed Motta « AOR »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Dwitza Music Note : 4/5HermineHermineHermineHermine

Un an après sa sorti, « AOR » revient augmenté d’une version lusophone jusque là réservée au marché brésilien. Quelque 80 minutes de groove jazz et latino à déguster sans modération.

L’homme de Rio a tout pour plaire. Non seulement son jazz chaloupé est un pur bonheur avec ses accents bossa, disco, soul, funk… Mais, cerise sur le gâteau, il s’est en parler puisque c’est un peu son métier : le neveu du compositeur Tim Maia (voir ici) est chroniqueur musical pour la presse et la radio brésilienne. Avec lui, comparaison vaut raison, puisqu’il dispose d’une discothèque personnelle de plus de 30 000 vinyles. De la musique qu’il écoute certainement en mettant les petits plats dans les grands car ses talents de critique gastronomique et œnologique sont également reconnus et respectés. Malheureusement, ses chroniques dans l'hebdomadaire Veja et le quotidien Folha de Sao Paulo ont cessées : "J'ai arrêté, cela rendait mes plaisirs trop techniques" explique t-il à nos confrères du Monde. 
La question demeure pourtant : que déguster en écoutant la musique d’Ed Motta ? Assurément quelque chose de raffiné, légèrement sucré avec une pointe d’acidité pour faire perdurer le plaisir. Car c’est bien cette notion de plaisir qui ressort à l’écoute de « AOR » sorti en 2013. Si on reparle avec bonheur cet album à l’acronyme digressif (AOR pour « Adult Oriented rock », une expression créée par les radios américaines des années 1970"), c’est que l’opus sort en Europe avec la version lusophone jusque là réservée au marché brésilien qui accompagne bien sûr le CD en anglais que le parolier anglais Rob Gallagher avait pris soin de traduire et d’adapter pour le marché international. L’occasion  Pour Ed Motta de visiter à nouveau le vieux continent. Son dernier passage au Duc des Lombards l’année dernière illumine encore la salle de ses truculences et autres citations sur le Maroile et l’Epoisses !. Si la Bretagne n’est pas au programme de sa tournée, voici cependant quelques dates à noter sur votre agenda :
Ivry-sur-Seine, Le Hangar (6 novembre)
Montpellier, Le Jam (7 novembre)
Paris, Le New Morning (8 novembre)
Rouen, Hangar 23 (13 novembre)
Vernouillet, Espace Multi fonction (14 novembre)


Allan Dev
publié le 14-10-2014

comments powered by Disqus
Disques
moger-orchestra-moger-orchestra-

Venus du jazz et de la musique Trad, les musiciens de Moger Orchestra redonnent des couleurs aux Brass Band. Un régal. 

Disques
offshore-shorewards-

Les quatre musiciens d’Offshore n’on de compte à rendre à personne. Est-ce pour cela que leur musique est lumineuse ? 

Disques
will-calhoun-celebrating-elvin-jones

Quand on aime, on ne compte pas. C’est le second album hommage au batteur Elvin Jones rendu par l’ex Living Colour Will Calhoun. Dextérité et maîtrise de l’art sont au...

Disques
dpu-daniel-paboeuf-unity-ce-qu-il-en-reste-

Né avec la scène rennaise de la fin des années 70, Daniel Paboeuf étonne plus que jamais en 2016. DPU s’avère une sensation qu’on aimerait gardée...

Disques
kicca-kicca-

Entre soul, jazz et pop, Kicca séduit autant qu’elle charme. Ses mélopées swinguent et donnent une énergie dont il est difficile de se débarrasser !

Disques
ginger-baker-why-

Le jazz de Ginger Baker réinvente sans bouleverser. « Why ? » brise 16 ans de silence. 

Disques
zig-zag-pieces-manquantes-1976-

Tout vient à point à qui sait attendre. Nous avons du patienter 38 ans pour découvrir le premier (et sûrement dernier) album de Zig Zag. Enregistré en décembre 1976, les...

Disques
hamid-drake-et-philippe-champion-le-chant-des-pierres-

Quand le batteur américain Hamid Drake s’associe au trompettiste brestois Philippe Champion, ils entonnent ensemble Le chant des Pierres, un disque de Free Jazz sensible et...

Disques
le-cercle-all-around-

Second album pour le sextet de Concarneau qui fait groover avec bonheur jazz, soul, funk, hip hop et reggae au fil des 14 morceaux de « All around »  

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité