Publicité
Disques

Dom Duff « K’Kwll »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Paganab Note : 3/5HermineHermineHermine
dom-duff-k-kwll- Site officiel :
http://www.domduff.com/

Le folk rock de Dom Duff dévoile une étrange alchimie qui va de Bruce Springsteen aux danses indiennes, du folk irlandais au rock breton. La signature Dom Duff.

En fin de compte, c’est le sixième album de Dom Duff. Le temps passe. Et toujours cette impression que le breton est définitivement notre Bruce Springsteen à nous, les gars du Ker. Comme le rockeur du New Jersey, notre homme peaufine son univers d’albums en chansons, et creuse son sillon jusqu’au plus profond de son âme. Comme lui, il hisse le drapeau d’une liberté retrouvée, celle de son imagination qui lutte contre certaines réalités bizarrement intangibles. Oui, décidément, « nul besoin de Kinder ni de Kalashnikov » (‘M eus ket, na Kinder, na Kalashnikov). Car lui aussi, joue avec l’actualité pour chanter notre quotidien : « Nouvelles, nouvelles du jour, quoi de neuf aujourd’hui, qui est mort ? » (Keleier, Keloù an deiz, a nevez hiriv, piv a zo marv ?). De Prince à Lemmy, de David Bowie aux anonymes du Bataclan, on peut se poser la question. Ses chansons Dom Duff les chante bien sûr en breton, comme d’autres pratiquent l’anglais ou le français. D’ailleurs, on ne se pose pas la question. Son folk rock serrant le propos au plus près de sa guitare qu’il est étonnant d’oublier la langue, pour nous franciophones. Acoustique ou électrique, accompagné d’une cornemuse ou d’un violon, Dom Duff impose son style qui transcende l’intime pour tutoyer une sorte de derviche intérieur comme sur « Koad an noz » ou « Kreiz an dour ». Oui, le chemin de Dom Duff peut-être aussi sombre que brillant. Et si l’incantation n’est jamais loin, et qu’en Bretagne il faut lutter pour n’être ni damné, ni noyé (Daonet, beuzet). 


Hervé Devallan


Quelques dates de concerts
28 octobre 2016 : Vannes (Le Ker)
12 novembre 2016 : Chateauneuf du Faou (Kalon Digor)
17 novembre 2016 : Roazhon (1988 Live Club)
30 novembre 2016 : Londres
1er décembre 2016 : Cambridge (The Elm Tree)
6 décembre 2016 : Londres (The Sun)
10 décembre 2016 : Aberystwyth (Y Cwps)


publié le 26-10-2016

comments powered by Disqus
Disques
maman-kusters-sous-la-peau-de-

On touche ici une certaine écume de la nuit. Une élégance à la Seiz Breur, qui mêle les années 30 et les années 80, sans plagiat et avec audace.

Disques
the-craftmen-club-colores-

Après quatre ans de silence discographique, The Craftmen Club est de retour avec un nouvel album studio qui démontre que les quartet costarmoricain est en évolution perpétuelle.

Disques
gad-zukes-fight-the-silence-

Ils sont cinq, viennent de Dinan en passant par l’Angleterre et débordent d’énergie. Leur premier EP est une vraie réussite, entre coup de cœur magistral et un avenir...

Disques
follow-me-not-if-the-sky-remains-

Le début des années ont le cuir qui résiste au temps. Follow Me Not les fait revivre avec la précision de ceux qui ne veulent pas confondre post punk et Cold Wave.

Disques
konrad-fight-konrad-fight-

Konrad Fight… Depuis Marquis de Sade, ça sonne bien. L’EP des breton reste...

Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Disques
celtic-social-club-a-new-kind-of-freedom-

C’est étrange, cette impression que The Celtic Social Club existe depuis toujours. Et pourtant, cela fait seulement 3 ans qu’ils arpentent les scènes du monde entier, à commencer...

Disques
les-ramoneurs-de-menhirs-breizh-anok-

Entre gavotte et pogo, les Ramoneurs de Menhirs n’ont pas choisi. Ils n’ont donc pas renoncé. « Breizh Anok » en apporte une preuve punk et sonnante.

Disques
tagada-jones-la-peste-et-le-cholera-

Tagada Jones, dernier des mohicans ? Une fois de plus, leur punk rock défouraille à tout va et chaque élection nous prouve qu’ils ont encore de belles années devant eux.

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Le Pays Catalan loin des petits papiers du paradis

Hervé Devallan


Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que nos États souverains s’y opposent. Pour eux toute (r)évolution est mortifère. 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité