Publicité
Disques

Black Hole Machines « Run, Rabbit, Run »

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
Auto production Note : 4/5HermineHermineHermineHermine
black-hole-machines-run-rabbit-run-

Comme souvent, à l’Ouest de l’Europe beaucoup de nouveau. Cette fois ci c’est la Bretagne qui fait parler la poudre rock avec le premier EP d’un trio prometteur.

Du stoner garage rock, c’est comme ça que les Black Hole Machines voient leur musique. Et ils ont raison. Leur premier EP reprend les cannons des trois genres : puissance (stoner), rébellion (garage) et énergie (rock). Le tout en cinq actes fondateurs qui se finissent par un « Kill me now » qui prouve bien que passé un temps, « on est trop vieux pour jouer du rock’n’roll ». Là, rien de tout ça, on est au cœur de l’âge sans raison et de la Bretagne vernaculaire : le trio est de Pondi (Pontivy en français). Composé d’Antoine Le Roch (guitare / chant), Simon Le Tumelin (basse) et Thomas Gautier, Black Hole Machine doit son nom à une chanson de Dead Sons. Côté références, le groupe n’hésite pas à citer les célèbres Arctic Monkeys mais aussi le duo montant de Brigthon Royal Blood, Black Rebel Motorcycle Club ou encore Nirvana. Là, on est un peu dubitatif, mais la citation peut rassurer. Une chose est sûre, ce premier EP des bretons assoit de magnifiques bases à un futur prometteur. Car les 5 titres de « Run, Rabbit, Run » font mieux que digérer les œuvres de leurs aînés. Ils excitent les papilles et installent des ambiances de « dernier restaurant avant la fin du monde ». Un régal. 


Hervé Devallan
publié le 21-02-2017

comments powered by Disqus
Disques
beatneys-bear-beatney-bears-

Avec Beatneys Bear, la nuit brestoise possède ses nouveaux hérauts. Un duo qui scratche le rock. A moins que ce ne soit l’inverse.     

Disques
celtic-social-club-a-new-kind-of-freedom-

C’est étrange, cette impression que The Celtic Social Club existe depuis toujours. Et pourtant, cela fait seulement 3 ans qu’ils arpentent les scènes du monde entier, à commencer...

Disques
les-ramoneurs-de-menhirs-breizh-anok-

Entre gavotte et pogo, les Ramoneurs de Menhirs n’ont pas choisi. Ils n’ont donc pas renoncé. « Breizh Anok » en apporte une preuve punk et sonnante.

Disques
tagada-jones-la-peste-et-le-cholera-

Tagada Jones, dernier des mohicans ? Une fois de plus, leur punk rock défouraille à tout va et chaque élection nous prouve qu’ils ont encore de belles années devant eux.

Disques
the-moorings-unbowed-

Punk, folk et celtique à la fois. Et originaire de Sélestat dans le Bas-Rhin. Le résultat est aussi explosif qu’une Guiness dégoupillée à l’heure de...

Disques
the-decline-heroes-on-empty-streets-

Avec sa voix à la « Schultz » (Parabellum), le chanteur de The Decline ! pousse les bretons beaucoup plus près de ses cousins celtes que de la scène punk rock...

Disques
sunflowers-the-intergalactic-guide-to-find-the-red-cowboy-

Les Sunflowers dynamitent le surf rock. Et qu’ils soient de Porto n’est pas le moindre de leurs exploits.  

Disques
wicked-crawling-back-

Dans le jargon, on appelle ça, un artiste en développement. A l’écoute de leurs 6 titres, Wicked ne va pas rester longtemps dans l’ombre de son prochain. 

Disques
merzhin-babelive-

Album live et DVD, voilà le nouveau rendez-vous que nous propose Merzhin. Un album capté à l’occasion du Babel Tour et à consommer sur place où sur scène. 

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité