Publicité
Disques

Ace Frehley « Origins vol 1 »

Streamhammer Note : 3/5HermineHermineHermine
ace-frehley-origins-vol-1-

Plus besoin d’Alzheimer pour retrouver la mémoire. Pour 11 classiques (ou presque) du rock, Ace Frehley a fait le boulot. Et de façon plutôt convaincante.  

L’ex guitariste de Kiss (aux  meilleures heures du groupe, de 1973 à 1982) revient avec un nouvel opus solo. Et si dans les années 60 les artistes débutaient leur carrière avec un ou deux albums de reprises histoire de roder leur son et trouver leur voie, force est de constater qu’après 70 ans d’histoire du rock, ce genre d’exercice symbolise une fin plutôt qu’un début. Manque d’inspirations ? Manière d’exister ? Plan marlketing ? Vrai besoin compulsif ? Peut-être tout cela à la fois. Une chose est sûre, Ace Frehley s’essaye à l’exercice et le résultat est plutôt correct et cohérent. A comparer avec ses collègues de LA Guns en 2004 (l’excellent « Rips the cover »). L’homme du Bronx s’attaque donc a des classiques, de « Street fighting man » des Stones à « Emerald » de Thin Lizzy en passant par « Magic Carpet ride » de Stepenwolf ou « Fire and water » de Free avec son compère Paul Stanley. Douze reprises au total qui méritent réellement le détour à deux ou trois exceptions légèrement « boring ». En revanche, il revisite de façon éblouissante son « Parasite » sorti sur « Hotter than hell » en 1974. Au total, mieux vaut ce genre d’album qu’une fin de contrat poussive et son tube inspiré d’une vieille gloire fatiguée. Notre propre voyage dans le temps trouve ici le bon véhicule. 


Guillaume du Porzou
publié le 25-04-2016

comments powered by Disqus
Disques
monkey-3-astrasymmetry-

Un double album vinyle pour commencer l’année. Celui de Monkey 3 qui rappelle que le stoner peut être l’avenir du rock lorsqu’il est aussi bien maîtrisé. 

Disques
brieg-guerveno-valgori-

La sonorité gutturale du breton donne une palette originale au rock progressif de Brieg Guerveno. Ostracisé par les hommes de « progrès », cela ne l’empêche...

Disques
brant-bjork-tao-of-the-devil-

Brant Bjork, expert en low desert punk. Autant dire, une des figures du Stoner. L’ancien créateur et batteur de Kyuss revient sous son nom pour la huitième fois. Le désert, non plus, ne...

Disques
giraffe-tongue-orchestra-broken-lines-

Le CV de ce nouveau groupe au drôle de nom plaide en sa faveur. L’écoute du disque un peu moins. Explication.

Disques
vola-inmazes-

Quand le métal gronde, la musique progressive n’est pas loin. C’est du moins le cocktail gagnant des danois de Vola avec ce premier long play.

Disques
silver-snakes-saboteur-

Le troisième album des américains se veut le pont entre Nine Inch Nails et Sleep. Un pont qu’ils occupent avec un certain talent soutenu par un parrain hautement recommandable.

Disques
carson-hill-sonora-

Le stoner de Quimper est une denrée rare. Pour son second essai, Carson Hill déroule son art comme les meilleures pointures du genre.

Disques
inglorious-inglorious-

Côté Hard Rock, l’époque des chanteurs hurleurs ne semble pas révolue. Celui d’Inglorious s’impose un peu trop et finit par énerver.

Disques
stangala-klann-

Une bonne petite claque, voilà ce que nous propose Strangala. Le groupe de stoner brestois insuffle une touche de celtitude dans une musique dont il maîtrise parfaitement les codes. 

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

Breizh Gouel

Agenda

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité