Publicité
Disques

ABC&D OF Boogie-Woogie : Live In Paris

Note : 3/5HermineHermineHermine
abc-d-of-boogie-woogie-live-in-paris

« Le jazz est ma passion, c’est la musique que j’ai toujours voulu faire ». La phrase pourrait sembler banale si elle n’était pas prononcée par Charlie Watts, batteur du « plus grand groupe de rock’n’roll du monde », les Rolling Stones. Depuis plus de trente ans, Charlie Watts mène une carrière parallèle, évoluant dans des formations jazz à géométrie variable (Rocket 88, Charlie Watts Orchestra, Tentet...). Cette fois-ci, c’est en quatuor dédié au boogie-woogie qu’il se présente à Paris, au Duc des Lombards. « Live In Paris », sorti chez Eagle Records, est le témoignage de ces soirées musicales exquises données entre le 7 et le 11 septembre 2010.

« Bonsoir, bienvenue au Duc des Lombards, ça va bien » ? La discrète introduction du cd « Live In Paris » du quatuor ABC&D of Boogie-Woogie recueille de timides applaudissements. Serait-ce la tornade musicale qui attend le présentateur et les spectateurs qui explique cette retenue ? Fort possible ! Les deux pianistes, Axel Zwingenberger et Ben Waters offrent une délicieuse mise en bouche dans un style trépidant que ne renierait pas Jerry Lee Lewis. Charlie Watts et Dave Green entrent en scène pour « Evolution Blues », interprété par Ben Waters.. Ce dernier - cousin de PJ Harvey - assure également le chant sur des standards tels que « Route 66 », « Roll’Em Pete » ou « Down The Road Apiece ». « Somebody Changed The Lock On My Door », est emprunté au répertoire de Dr John. On peut regretter que « Little Queenie », joué certains soirs, n’e soit pas retenu pour figurer sur l’album. Imperturbable, Charlie Watts assure la rythmique, épaulé par Dave Green, auteur de descentes de contrebasse saisissantes. Quand Charlie se met à cogner et que les deux pianistes martyrisent  leurs instruments, ça donne des morceaux de bravoure, à l’image de l’exaltant « Encore Stomp » ou de l’espiègle « More Sympathy For The Drummer » !


« Live In Paris » est doté d’un son très clair qui ne semble pas avoir été retravaillé longuement au mixage. Produit en digipack, il est accompagné d’un livret sur lequel figurent des photos (entrée du club, musiciens sur scène). L’ensemble est très sobre et restitue parfaitement l’ambiance magique de ces soirées parisiennes. Et pour ceux qui ont eu la chance d’y assister (ou qui se sont rattrapés en 2011 au New Morning), c’est un bien beau souvenir !


 


Denis Pondaven
publié le 16-08-2012 - mis à jour le 28-09-2012

comments powered by Disqus
Disques
will-calhoun-celebrating-elvin-jones

Quand on aime, on ne compte pas. C’est le second album hommage au batteur Elvin Jones rendu par l’ex Living Colour Will Calhoun. Dextérité et maîtrise de l’art sont au...

Disques
dpu-daniel-paboeuf-unity-ce-qu-il-en-reste-

Né avec la scène rennaise de la fin des années 70, Daniel Paboeuf étonne plus que jamais en 2016. DPU s’avère une sensation qu’on aimerait gardée...

Disques
kicca-kicca-

Entre soul, jazz et pop, Kicca séduit autant qu’elle charme. Ses mélopées swinguent et donnent une énergie dont il est difficile de se débarrasser !

Disques
ginger-baker-why-

Le jazz de Ginger Baker réinvente sans bouleverser. « Why ? » brise 16 ans de silence. 

Disques
zig-zag-pieces-manquantes-1976-

Tout vient à point à qui sait attendre. Nous avons du patienter 38 ans pour découvrir le premier (et sûrement dernier) album de Zig Zag. Enregistré en décembre 1976, les...

Disques
ed-motta-aor-

Un an après sa sorti, « AOR » revient augmenté d’une version lusophone jusque là réservée au marché brésilien. Quelque 80 minutes de...

Disques
hamid-drake-et-philippe-champion-le-chant-des-pierres-

Quand le batteur américain Hamid Drake s’associe au trompettiste brestois Philippe Champion, ils entonnent ensemble Le chant des Pierres, un disque de Free Jazz sensible et...

Disques
le-cercle-all-around-

Second album pour le sextet de Concarneau qui fait groover avec bonheur jazz, soul, funk, hip hop et reggae au fil des 14 morceaux de « All around »  

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Silence, on creuse

Hervé Devallan


Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en convaincre


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité