Publicité
Édito

À quoi bon ?

Depuis dimanche dernier, un artiste réalise une performance en stationnant pendant sept jours sur une plateforme de 1,90m de long sur 1m de large. En haut d'un mât de 12m. Cette sculpture habitée a été baptisée Vigie Urbaine. L'objectif de l'artiste, Abraham Poincheval : "regarder la ville de Rennes". 

La performance semble s'inscrire dans la suite de l'expérience des « Veilleurs » organisée dans le cadre des précédentes Tombées de la nuit, à l’occasion de laquelle une heure durant, matin et soir et à partir d'un « objet-abri », un habitant observait la ville du haut de sa vigie.
Bien sûr, les passants non avertis, s’interrogent : mais que fait donc cet homme là-haut ? Les plus curieux engagent la conversation avec le performeur, s’inquiètent du pourquoi et du comment de l'entreprise, de ses conditions matérielles : est-il bien sécurisé ? N'a-t-il pas froid ? D'autres en revanche, critiquent sans détour la démarche : cette expérience de précarité volontaire ne fait-elle pas insulte à ceux qui la subissent de façon beaucoup moins spectaculaire et sans l'avoir choisie ? On parle de provocation, d'indécence. Sans compter que cet olibrius est tout de même payé sur les deniers publics – entendez nos impôts - , pour faire ses pitreries en plein ciel ! Si encore il tentait un semblant d'expérience scientifique à la Michel Siffre, enfoui dans sa grotte pendant des mois pour étudier nos rythmes chrono-biologiques ou si à la manière d'un Drogo dans Le Désert des Tartares, sa veille visait à assurer la tranquillité de la ville… Mais non : il n'y a pas à chercher, cette performance est, a priori, proprement inutile et les seuls que l'on a vus jusqu'à présent squatter de telle manière les hauteurs faisaient, eux, acte de désespoir, entreprenant l'ascension d'une grue ou du fronton d'un édifice public pour défendre leur cause en déployant une banderole réclamant qui le droit de garde d'un enfant, qui le droit de conserver son emploi, sa maison...
Et si c'était précisément là que se situait l'intérêt de la performance : dans le simple fait d'échapper (enfin), par l'acte gratuit, à l'ordre de la nécessité. Cette nécessité qui régit nos vies : travailler pour nourrir nos familles, partir en vacances ou faire du sport pour recharger les batteries, consommer, assumer, assurer. Autant de comportements normés que ce type en suspens questionne. Simplement parce qu'il échappe aux impératifs de l'utile, du convenu et de ce qui nous semble être l'ordre déterminé des choses.
Mais n'est-ce pas là aussi l'une des fonctions de l'Art : nous interpeller en instillant un décalage singulier dans le quotidien pour nous amener à réfléchir. Sur ce qui fait sens dans nos vies et sur ce qui ne semble pas avoir de sens. Parce que penser à ce qui nous semble inutile nous amène inévitablement à (ré)évaluer ce qui nous paraît « utile »…


Michel Ogier
publié le 17-02-2016

comments powered by Disqus
Édito
retour-sur-le-passe-musical

Lors du match amical de football opposant la France à l’Angleterre, c’est la Garde Républicaine qui a rendu l’hommage le plus juste aux victimes de l’attentat...

Édito
taux-d-audience-records-pour-sitcom-presidentielle

Tant de suspense, tant de rebondissements : avons-nous jamais autant été tenus en haleine que par cette série à la française ? Une version échevelée...

Édito
silence-on-creuse

Pour vivre heureux, vivons cachés. Une devise que la République a depuis longtemps fait sienne et qu’elle sait déléguer à l’occasion. Deux exemples pour s’en...

Édito
le-monde-s-est-trumpe-de-combat

Mardi 8 novembre 2016, Donald Trump est élu Président des Etats unis d’Amérique. 
Le choc…. 
De nos élites !
Comme le...

Édito
vive-les-wallons-libres-

Il fallait bien que quelqu’un le fasse, que quelqu'un le dise. Et ce furent les Wallons. Un peuple de 3,5 millions d’habitants  qui remet la démocratie dans le bon sens et laisse furieuse...

Édito
paradoxe-hexagonal

Cette année, les Français seront plus nombreux à rester en France pour passer leurs vacances : « ils choisissent la proximité et la sécurité »...

Édito
une-esthetisation-contre-productive

On peut actuellement voir sur les abribus de la ville une campagne en faveur des mal-logés. Chaque image affiche un caractère pictural : le tout en demi-teinte avec une lumière soigneusement...

Édito
trop-de-securite-entrave-a-la-liberte-dont-celle-de-creer

C'est parfois à de petits faits, souvent anodins, que l'on sent une société changer. D'abord insignifiants, ils vont s'accumulant pour un jour faire - sinon sens - norme. Cette norme que l'on...

Édito
me-zo-ganet-e-kreiz-argoad

Les américains espionnent le gouvernement français. La belle affaire ! Mais attention, simplement entre 2006 et 2012… Avant et après, que nenni. 

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Retour sur le passé musical

Hervé Devallan


Lors du match amical de football opposant la France à l’Angleterre, c’est la Garde Républicaine qui a rendu l’hommage le plus juste aux victimes de l’attentat de Manchester du 22 mai 2017. En effet, en interprétant « Don’t look back in...


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité