Publicité
Édito

À quoi bon ?

Pour naviguer plus vite et sans publicités:

Depuis dimanche dernier, un artiste réalise une performance en stationnant pendant sept jours sur une plateforme de 1,90m de long sur 1m de large. En haut d'un mât de 12m. Cette sculpture habitée a été baptisée Vigie Urbaine. L'objectif de l'artiste, Abraham Poincheval : "regarder la ville de Rennes". 

La performance semble s'inscrire dans la suite de l'expérience des « Veilleurs » organisée dans le cadre des précédentes Tombées de la nuit, à l’occasion de laquelle une heure durant, matin et soir et à partir d'un « objet-abri », un habitant observait la ville du haut de sa vigie.
Bien sûr, les passants non avertis, s’interrogent : mais que fait donc cet homme là-haut ? Les plus curieux engagent la conversation avec le performeur, s’inquiètent du pourquoi et du comment de l'entreprise, de ses conditions matérielles : est-il bien sécurisé ? N'a-t-il pas froid ? D'autres en revanche, critiquent sans détour la démarche : cette expérience de précarité volontaire ne fait-elle pas insulte à ceux qui la subissent de façon beaucoup moins spectaculaire et sans l'avoir choisie ? On parle de provocation, d'indécence. Sans compter que cet olibrius est tout de même payé sur les deniers publics – entendez nos impôts - , pour faire ses pitreries en plein ciel ! Si encore il tentait un semblant d'expérience scientifique à la Michel Siffre, enfoui dans sa grotte pendant des mois pour étudier nos rythmes chrono-biologiques ou si à la manière d'un Drogo dans Le Désert des Tartares, sa veille visait à assurer la tranquillité de la ville… Mais non : il n'y a pas à chercher, cette performance est, a priori, proprement inutile et les seuls que l'on a vus jusqu'à présent squatter de telle manière les hauteurs faisaient, eux, acte de désespoir, entreprenant l'ascension d'une grue ou du fronton d'un édifice public pour défendre leur cause en déployant une banderole réclamant qui le droit de garde d'un enfant, qui le droit de conserver son emploi, sa maison...
Et si c'était précisément là que se situait l'intérêt de la performance : dans le simple fait d'échapper (enfin), par l'acte gratuit, à l'ordre de la nécessité. Cette nécessité qui régit nos vies : travailler pour nourrir nos familles, partir en vacances ou faire du sport pour recharger les batteries, consommer, assumer, assurer. Autant de comportements normés que ce type en suspens questionne. Simplement parce qu'il échappe aux impératifs de l'utile, du convenu et de ce qui nous semble être l'ordre déterminé des choses.
Mais n'est-ce pas là aussi l'une des fonctions de l'Art : nous interpeller en instillant un décalage singulier dans le quotidien pour nous amener à réfléchir. Sur ce qui fait sens dans nos vies et sur ce qui ne semble pas avoir de sens. Parce que penser à ce qui nous semble inutile nous amène inévitablement à (ré)évaluer ce qui nous paraît « utile »…


Michel Ogier
publié le 17-02-2016

comments powered by Disqus
Édito
l-annee-2018-demarre-sous-de-bons-et-nouveaux-auspices

Ça bouge sur le front du fédéralisme. Supprimant un étage du mille-feuille administratif, la nouvelle assemblée territoriale corse a élu ses présidents....

Édito
la-haine-de-soi

Regarder les autres se prosterner devant les nouveaux saints attendrit d’abord, débecte en second. Les médias sont une fabrique à idoles, merci Debord ! Nous ne comprenons plus...

Édito
le-pays-catalan-loin-des-petits-papiers-du-paradis

Supposer irréversible  l’autonomie du Pays Catalan - et de toutes autres nations européennes - ne doit pas nous étonner. Non plus que...

Édito
taxe-man-et-taxe-me-sont-dans-notre-bateau-

Emmanuel Macron commence à scier la branche sur laquelle nous sommes assis. Et tout le monde applaudit, ou du moins, les médias donnent peu de consistance à une quelconque alternative. Voire...

Édito
et-les-catalans-francais-qu-en-pensent-ils-

La vraie démocratie est dangereuse. Surtout pour les dirigeants des peuples qui veulent l’exercer. L’histoire prouve qu’on peut mourir en son nom, mais que ceux qui en tirent...

Édito
benevoles-de-tous-pays-

Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet...

Édito
un-tour-en-noir-et-blanc

Le Tour de France cycliste est un cas d’école. Même France TV ne peut échapper au phénomène qui se répète saison après saison : on voit des Gwenn...

Édito
retour-sur-le-passe-musical

Lors du match amical de football opposant la France à l’Angleterre, c’est la Garde Républicaine qui a rendu l’hommage le plus juste aux victimes de l’attentat...

Édito
taux-d-audience-records-pour-sitcom-presidentielle

Tant de suspense, tant de rebondissements : avons-nous jamais autant été tenus en haleine que par cette série à la française ? Une version échevelée...

Archives >>
(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
L’année 2018 démarre sous de bons et nouveaux auspices

hervé devallan


Ça bouge sur le front du fédéralisme. Supprimant un étage du mille-feuille administratif, la nouvelle assemblée territoriale corse a élu ses présidents. Oui, se sont bien le nationaliste Jean-Guy Talamoni et l'autonomiste Gilles Simeoni qui prennent la tête de la collectivité unique de Corse ! 


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité