Publicité
Livres

"Cette porte qui bat" : Les instants d’éternité selon Didier Jourdren

Pour naviguer plus vite et sans publicités:
-cette-porte-qui-bat-les-instants-d-eternite-selon-didier-jourdren

Bien connu des amateurs de poésie ou de prose poétique, Didier Jourdren donne à intervalles réguliers des recueils emplis de grâce aux éditions rennaises de La Part Commune. Sa dernière publication confirme son élégance, sa capacité à donner du bonheur – ce bonheur délicat et tremblé, jamais mièvre, qui est la marque la plus réussie de sa façon intranquille et secrète.

C’est cette fois une réflexion sur les moments de grâce, ces instants d’éternité qui nous saisissent et donnent, le temps long d’un soupir, cette impression fascinante, parfois inquiétante, à d’autres fois exaltée, d’être littéralement hors du monde.


Car on pénètre étonnamment dans l’univers de Didier Jourdren. Non de façon linéaire mais bien par cercles concentriques, « de pensées tâtonnantes, de questions trop souvent reprises », on se rapproche de l’essentiel, de « la lisière » du monde d’à côté.


On avance par touches de peinture, ces touches minces et sensibles qui captent les ombres et la lumière. Les répétitions y sont incantatoires. On s’y sent porté et comme entraîné dans une danse de derviche tourneur, tournant indéfiniment sur lui-même pour atteindre l’extase.


Mais que cherche-t-il ?


Ce qu’il y a de l’autre côté de la haie, du verger...et qu’il ne peut nommer. Un oiseau tient le rôle du passeur : rouge-gorge, bouvreuil ou roitelet. A cet endroit, il a capté cet instant magique et, plus jamais, il ne sera le même.


Puis la certitude que « ce monde n’est pas clos »  Lors, il n’aura de cesse de revivre cet instant perdu – le retrouvera-t-il jamais ?- où les manques sont comblés, les blessures cicatrisées. La réponse à cette quête n’est pas celle qu’il attendait. Les questions s’arrêtent ... « On est soi-même lisière ou porte ».


Chantal Pinault et Alain-Gabriel Monot
publié le 13-08-2012 - mis à jour le 14-08-2012

comments powered by Disqus
Livres
rapprocher-l-horizon

Un poète de Bretagne. Un poète du silence, peut-être un poète de la prière, sans alourdir la connotation ni en préchi ni en précha.

Livres
des-jeunes-poetes-commencent-le-travail

Ouvrir un premier livre, qu’il soit ou non rouge, en l’occurrence il l’est, c’est un beau cahier avec un titre net, Le Bel Œuf, un emboîtement de lettres nettes et un coquetier...

Livres
litterature-en-majeste

Rien de banal jamais aux éditions Isabelle Sauvage. L’éditrice et son compagnon Alain Rebours installés au cœur des Monts d’Arrée ont fait depuis plusieurs...

Livres
poesie-d-air

Pas ici de parole en l’air ! Car cette poésie dont on parle est aérienne, ouvre les mains du ciel, ondoie, elle monte en volutes, elle ne joue pas avec la lumière, elle est...

Livres
ligne-de-vie

Texte habité des bruits du vent sur la toile tendue, « Passerelle, Carnet de mer » est la dernière parution d’Erwann Rougé. 

Livres
poemes-de-selune

Est-ce un poète ou est-ce un musicien ? René Cloitre sort ces temps ci La Vague et la Haie, c’est une page d’un de ses carnets, ce sont mille senteurs, des douceurs de...

Livres
mordre-le-monde

Poète et homme de scène originaire de Fouesnant, Louis Bertholom publie aux éditions Sauvages son dernier recueil Mordre le monde, livre de voyages, lesquels nous mènent de la...

(n'oubliez pas de confirmer votre abonnement sur l'e-mail de confirmation)
Édito
Bénévoles de tous pays…

Hervé Devallan


Cette histoire de suppression des emplois aidés, telle que proposée par le gouvernement Macron, illustre à merveille la situation économique de la France. Et par effet de bord, de la Bretagne. Celle d’un pays dont l’équilibre repose sur des emplois sous-payés, voire pire, pas payés du tout. On appelle ça pudiquement du bénévolat…


> Lire la suite
Cinéma en Bretagne

Ville : 

© Bretagne Actuelle | Mentions légales | Contact | Publicité